Derniers sujets
» Présentation de Apache [100%]
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] EmptyVen 9 Aoû - 16:00 par Apache

» Nouvelles de LGDC Wild Spirit
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] EmptyLun 8 Avr - 20:13 par Invité

» Earth Wolf - FOOTER
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] EmptyLun 8 Avr - 10:55 par Invité

» Devenir partenaire
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] EmptyJeu 28 Mar - 22:39 par Invité

» Spyros Kingdom - SIMPLE
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] EmptyDim 24 Mar - 14:25 par Invité

» Des Nouvelles de Winter's War.. en retard :')
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] EmptyMar 12 Mar - 17:54 par Invité

» alive [TORAK]
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] EmptyVen 8 Fév - 15:15 par Niflheim

» C'est rouge. Si ce n'est de l'amour, ce sera du sang.
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] EmptyJeu 7 Fév - 16:29 par Destin

» Garde-manger
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] EmptyJeu 7 Fév - 16:28 par Niflheim


JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV]

Ombre d'Argent
CerseiOmbre d'Argent
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci53/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (53/100)
Agilité:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci44/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (44/100)
Endurance:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci38/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (38/100)
Cersei
Messages : 132Points : 314Age : 1 anSexe : FemelleRang : GuerrièreBlessure : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] KtlpMaladie : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Jh7wDétails blessures : Aucun symptôme.Dé & bonus possedé : 1 bonus anti-famine
1 Écorce Brune
1 Baie Cœur de Mer
1 Mousse des Marais
1 Toile d'Araignée
1 Miel
+2 dés de chasse bonus
Icone : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] 8t1f

Jeu 13 Déc - 14:19

JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES


15 ℵ 18 ℵ 9 — Lenwë et Torak
Défi de rang [NV2]

L’effervescence des premiers jours de règne commence doucement à s’estomper. Finwë a, semble-t-il, été globalement tolérée par le plus grand nombre ; les rébellions ne se sont pas prononcées. Bien sûr, l’ancienne Navnik est consciente que les conflits peuvent aussi exploser plus tard, quand la lumière de la nouvelle Alpha montrera des signes de faiblesse. Pour le moment, ces heures sombres sont loin devant eux et la seule chose qui compte réellement consiste à se préparer pour la mauvaise saison.
Pourtant, une idée germe depuis quelques temps déjà dans la tête de la guerrière : l’agressivité des ours à leur égard. Elle et Finwë se sont déjà retrouvées en tête-à-tête avec un individu de la pire espèce, et la précédente meneuse Inkyva a, quant à elle, succombé aux blessures assénées par un autre spécimen. Sur leurs terres.
Aussi, tôt ce matin-là, Cersei se présente auprès de son Alpha qui rentre d’une chasse fructueuse et avoue ses tourments. Elle se surprend à être écoutée et même à recevoir un geste d’approbation. Elle demande la permission de faire un tour des points relevés où les ours nidifient sur le territoire, peut-être pour vérifier qu’ils ont bien plongé dans les prémices de l’hibernation et qu’ils ne causeront plus de problèmes jusqu’à l’année suivante. Elle propose même d’emmener Lenwë dans son expédition pour lui faire une visite guidée du territoire.

Volontaire, elle ? Sûrement.

Elle est encouragée à emmener une sentinelle, puisque celles-là sont les plus renseignées. Elle hoche la tête et s’apprête à disparaître quand la meneuse la rappelle doucement. Elle écarquille les yeux lorsqu’une faveur lui est jetée à la gueule. Son cœur s’emballe. Il n’y a pas plus grande marque de confiance que celle-là, à ses prunelles argentées : on réclame à ce que ses yeux soient attentifs aux gestes de Lenwë, à ce qu’ils discernent si la louve s’acclimate à sa nouvelle vie et si elle se plaît à leurs côtés. Cersei accepte la double-mission avec une ardeur et une joie juvénile, s’engouffre d’un pas vif hors de la tanière de l’Alpha et se dépêche au cœur du camp. Elle dégote facilement des informations sur la position de la princesse, quête une sentinelle proche de Torak pour qu’on apprenne à celui-ci qu’il est débauché pour la journée, et rejoint Lenwë dans un coin plus calme du refuge Inkyva.

Ses lèvres se fendillent d’un sourire calme et l’ancienne Navnik s’arrête à quelques queues de renard de la seconde femelle.

— Salut. Elle hésite sur la manière de formuler ça. On nous a confié une quête.

Aller au plus simple est sa spécialité, après tout. On ne peut pas dire que la guerrière se soit spécialisée dans la diplomatie ou dans les longs discours enjolivés. Elle attend que Torak pointe le bout de son nez pour s’expliquer. Il ne met pas trop longtemps à se présenter, mais Cersei ne résiste pas à l’envie de le tourmenter un peu. Bien sûr, comme pour atténuer le sens de ses paroles, le visage de l’Ombre s’éclaire d’une moue rieuse et de prunelles scintillantes.

— La ponctualité n’est vraiment pas ton fort, hein.

Elle hausse les épaules, se raclant la gorge pour se donner une contenance et endosse avec quelques peines le rôle de chef de groupe. D’ailleurs, au cas où vous vous poseriez la question du « pourquoi » Cersei a choisi Torak parmi toutes les sentinelles — oui j’en sens déjà venir quelques-uns qui vont prétendre que c’est par affection pour lui — ; c’est évidemment car il est jeune. Le meilleur moyen de s’intégrer pour Lenwë, c’est encore de se faire des amis parmi les gosses de la meute. Aussi, le choix semble finalement plutôt intelligent.

— Bien. Les ours se sont montrés belliqueux ces derniers temps. Ils ont tué Nilaya et nous ont attaqué, Finwë et moi, lors d’une chasse. Notre mission de la journée consistera à débusquer les ours présents sur le territoire, nous assurer qu’ils sont bel et bien en phase de sommeil et éventuellement trouver les raisons de leur agressivité. Des questions ?

Elle demeure debout, campée sur ses quatre pattes avec une certaine fierté. Elle les regarde tour à tour avec un calme mal feint. En réalité, son sang bouillonne d’excitation. Ces missions sont toujours l’occasion de se révéler, de s’entraîner et de s’endurcir.


JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] 43821_v

Merci beaucoup aux petites mains qui me gâtent tant ! :coeur: Finwë, Ombre, vous êtes des amours. ;w;


Dernière édition par Cersei le Lun 17 Déc - 19:49, édité 1 fois
Lune d'Hiver
LenwëLune d'Hiver
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci8/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (8/100)
Agilité:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci13/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (13/100)
Endurance:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci10/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (10/100)
Lenwë
Messages : 55Points : 183Age : 1 an et demiSexe : FemelleRang : GuerrierBlessure : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] KtlpMaladie : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Jh7wDétails blessures : Aucune blessures / maladiesDé & bonus possedé : 2 dés de Chasse
2 dés de Pillage
Icone : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] L1ge

Ven 14 Déc - 14:49



Je dédie ces fleurs maladives

Force : 5
Agilité : 9
Endurance : 6

Lenwë & Cersei & Torak

Princesse. Elle. Lenwë ne s'y faisait pas, même si elle s'y était attendue. Après tout, sa mère était bras-droit, elle allait bien prendre la tête de la meute un jour, non ? Cependant, tout avait été si soudain que la jeune guerrière n'avait rien vu venir. Et maintenant qu'elle avait obtenu ce rang, elle se rendait compte que la seule chose qui avait changé était le regard des autres. Le respect qu'elle inspirait malgré son apparence bien loin de celle impressionnante de l'Alpha.
La guerrière salua d'un mouvement de tête un congénère qui passait à côté d'elle. Puis, elle vit Cersei qui se hâtait dans sa direction.
«Salut. On nous a confié une quête., lâcha-t-elle dès qu'elle fut à portée de voix.
L'aînée se contenta de lui rendre son salut et de la suivre dans un coin plus calme du camp. Là, Cersei s'assit et Lenwë l'imita, devinant que les louves n'allaient probablement pas partir seules et attendaient un autre Inkyva. Pendant ce temps, elle songea à cette "quête" que l'autre guerrière avait évoquée. De quoi pouvait-il s'agir ? Elle n'avait eu aucune information de la part de sa mère, mais celle-ci était encore plus occupé qu'auparavant avec ses nouvelles responsabilités. La guerrière décida donc d'attendre patiemment que Cersei en dise plus. Bientôt, un jeune mâle au pelage blanc s'approcha d'elles et Lenwë reconnut Torak, sentinelle de la meute. A son arrivée, elle sentit Cersei changer d'attitude et se tourna dans sa direction pour voir son regard briller à la vue du mâle. Lenwë retint un sourire. Aucun doute. Si ceux-là n'étaient pas déjà proches, ils le seraient bientôt. Quand à elle, elle connaissait à peine la sentinelle. Elle se contenta donc de le saluer avec politesse tandis que Cersei le taquinait.
-La ponctualité n’est vraiment pas ton fort, hein.
Une fois les salutations passées, Cersei décida enfin de leur expliquer la raison de leur présence ici.
-Bien. Les ours se sont montrés belliqueux ces derniers temps. Ils ont tué Nilaya et nous ont attaqué, Finwë et moi, lors d’une chasse. Notre mission de la journée consistera à débusquer les ours présents sur le territoire, nous assurer qu’ils sont bel et bien en phase de sommeil et éventuellement trouver les raisons de leur agressivité. Des questions ?
Maintenant qu'elle y repensait, Lenwë se souvint de la démarche étrange qu'avait sa mère il y a encore quelques jours. Probablement due à sa rencontre avec cet ours, en déduisit la louve. Cependant, la louve se posait une question:
-Pourquoi nous ?, interrogea-t-elle Cersei. Ne serait-il pas plus prudent d'envoyer des guerriers plus affirmés ? Les ours ont réussi à tuer l'ancien Alpha et à blesser plusieurs des nôtres.»
Lenwë n'avait pas peur, loin de là. Mais le fait qu'on l'envoie, elle, sur les traces des ours lui paraissait étrange, même si il était fort probable que les prédateurs soient désormais entrés dans leur long sommeil et qu'ils n'en croisent aucun.


JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] 00a9.png?v=2.2REIRA DE LIBRE GRAPH


JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] C0tt
Miroir de Brume
TorakMiroir de Brume
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci73/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (73/100)
Agilité:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci73/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (73/100)
Endurance:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci70/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (70/100)
Torak
Messages : 103Points : 295Age : 1 anSexe : MâleRang : SentinelleBlessure : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] KtlpMaladie : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Jh7wDétails blessures : Aucun symptôme.Dé & bonus possedé : 3 dés de Chasse
2 dés de Pillage
+1 bonus santé
Icone : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] 1537780378-torak100

Dim 16 Déc - 22:08



Je dédie ces fleurs maladives

Force : 42
Agilité : 49
Endurance : 41

Torak & Cersei & Talia

Torak se prélassait dans sa tanière. Le mâle blanc s'était recroquevillé dans un recoin à l'abri du vent et blotti dans la litière de feuilles et d'herbe qui tapissait la tanière pour la garder bien au chaud. La sentinelle bailla longuement avant de poser sa tête sur ses pattes, prêt à sombrer dans un long sommeil lorsqu'un loup glissa sa tête dans l'ouverture de la tanière.
«Torak ?, demanda une autre sentinelle.
L'intéressé gronda avant d'ouvrir les yeux sans bouger cependant.
-Qu'est-ce que tu me veux ?, marmonna-t-il.
-On te demande., répondit son coéquipier.
-Et bien tu n'as qu'à dire que je suis mort., souffla Torak.
Il n'avait aucunement le courage de répondre à cette demande. Si il s'agissait de l'Alpha alors l'autre mâle lui aurait dit aussitôt. Et comme ce n'était pas le cas il s'agissait probablement de quelque chose de peu important. Probablement Pandora qui voulait jouer, ce pour quoi il n'avait ni l'envie ni l'énergie actuellement.
-Si tu changes d'avis, sache que Cersei te cherche., se contenta de dire l'Inkyva avant de hausser les épaules et de s'en aller.
Aussitôt les oreilles de Torak se dressèrent sur son crâne et il se redressa d'un bond, manquant de peu de se heurter au plafond bas de ce coin de la tanière. Cersei ? Pourquoi voulait-elle le voir ? Est-ce qu'elle avait un problème ? Ou ... envie de le voir ? A cette idée la fatigue de la sentinelle disparut et il émergea de la tanière à toute allure. Il gonfla son épaisse fourrure pour se protéger du froid glacial et suivit la piste de la louve dont il connaissait désormais l'odeur presque par cœur. Il mit peu de temps à la retrouver et fut étonné de voir une autre louve à ses côtés. En un coup d’œil il reconnut Lenwë, la fille de leur Alpha et la sœur de son ami Nova. Que faisait la princesse ici ?
-La ponctualité n’est vraiment pas ton fort, hein., le taquina Cersei, coupant court à ses pensées.
Torak ne lui répondit pas, se contentant de tourner la tête d'un mouvement exagéré avec une air supérieur. Il lui lança cependant un regard pétillant que la louve lui rendit. Malgré tout, elle enchaîna immédiatement sur la raison de leur présence ici.
-Bien. Les ours se sont montrés belliqueux ces derniers temps. Ils ont tué Nilaya et nous ont attaqué, Finwë et moi, lors d’une chasse. Notre mission de la journée consistera à débusquer les ours présents sur le territoire, nous assurer qu’ils sont bel et bien en phase de sommeil et éventuellement trouver les raisons de leur agressivité. Des questions ?
Une chasse aux ours ? Torak était plus que partant ! Et puis, il avait hâte de montrer à Cersei de quoi il était capable contre un véritable adversaire. Enfin, si ils en croisaient un car malgré les deux récents accidents les ours n'étaient pas très actifs durant l'hiver. A vrai dire, ils étaient même plus fainéants que le fils de leur guérisseuse, celui qu'il avait sauvé d'un coyote une fois, l'ami de Pandora ... Comment s'appelait-il déjà ? Ah oui, Azazel ! Bref, Torak était prêt à prouver ses valeurs devant les deux charmantes femelles. Et puis, si Lenwë pouvait vanter ses mérites à sa mère il n'en serait que plus satisfait ! Cependant, la princesse ne semblait pas du même avis.
-Pourquoi nous ? Ne serait-il pas plus prudent d'envoyer des guerriers plus affirmés ? Les ours ont réussi à tuer l'ancien Alpha et à blesser plusieurs des nôtres., demanda-t-elle.
La sentinelle l'observa avec curiosité avant de reprendre son air sérieux et fier. Il s'avança d'un pas vers Lenwë et se gonfla pour paraître plus impressionnant, avant de parler d'un ton poli.
-N'ayez crainte, Princesse. Avec moi vous ne craignez absolument rien ! Si les ours venaient à nous attaquer, je me chargerai de les faire fuir immédiatement.», dit-il.
Ce n'est que trop tard qu'il remarqua que Cersei le fixait. Il songea que son plus grand ennemi ce soir ne serait peut-être pas un ours mais une louve ...


JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] 00a9.png?v=2.2REIRA DE LIBRE GRAPH




Merci Rion !:
 
Ombre d'Argent
CerseiOmbre d'Argent
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci53/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (53/100)
Agilité:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci44/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (44/100)
Endurance:
JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci38/100JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Qkci  (38/100)
Cersei
Messages : 132Points : 314Age : 1 anSexe : FemelleRang : GuerrièreBlessure : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] KtlpMaladie : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] Jh7wDétails blessures : Aucun symptôme.Dé & bonus possedé : 1 bonus anti-famine
1 Écorce Brune
1 Baie Cœur de Mer
1 Mousse des Marais
1 Toile d'Araignée
1 Miel
+2 dés de chasse bonus
Icone : JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] 8t1f

Lun 17 Déc - 21:36

JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES

Elle ouvre doucement la bouche quand celle de Lenwë transmet des doutes. Elle songe un moment à lui répondre, ne sachant pas réellement quoi dire. Il faut la rassurer, la Navnik le comprend ; mais pourquoi et comment, c’est autre chose. C’est inattendu, d’ailleurs. Toute arrogante et fière qu’elle est, Cersei ne peut pas refuser une mission. C’est une façon de prouver sa force et son intelligence à la meute et de se rendre peu à peu indispensable — aussi pense-t-elle naturellement que ce défaut-là est présent chez tout le monde.

Finalement, c’est Torak qui prend la parole le premier. Si le geste est louable, les propos tenus laissent un goût amer sur les papilles de la fille d’Argent. Les yeux plissés, elle pose lentement son regard perçant sur lui et l’observe. Il n’y a pas encore de reproches dans ses billes, seulement une espèce de lumière vacillante qui reconnaît les doutes qui l’assaillent alors. Elle chasse néanmoins ses craintes, se rappelant ses responsabilités. Elle ne peut pas décevoir son Alpha -pas alors que Finwë lui accorde sa confiance- pour des histoires aussi puériles.
Elle joue la carte de la pseudo-désinvolture. Non pas qu’elle veuille conduire l’expédition comme le fait Midona : avec dédain et je-m’en-foutisme, non. Elle souhaite seulement relativiser l’importance de leur rôle aujourd’hui.

— Laisse donc tes coucougnettes à la tanière pour aujourd’hui, Torak. On ne va pas se battre. Lenwë est une guerrière, qui plus est. Elle est capable de se protéger seule.

Du bout de l’antérieur, Cersei balance un peu de poussière dans la direction du mâle. Les grains retombent entre eux sans le toucher. Elle lui fait les gros yeux avant de reporter toute son attention sur Lenwë, lui accordant à elle un sourire patient et mesuré.

— Finwë était très jeune quand elle a accédé à ses fonctions de bras-droit. Je pense qu’elle sait mieux que personne que l’âge ne décide pas forcément des aptitudes. Elle nous donne souvent des missions à accomplir. Torak le confirmera., ses yeux cherchent la sentinelle au moment de prononcer ses mots. Nous sommes une patrouille de reconnaissance. Nous n’avons pas la permission de prendre les choses en pattes pour le reste. Notre chère sentinelle va simplement nous conduire aux tanières répertoriées. On s’approche si c’est possible, on relève les moindres signes d’activité récente comme des poils accrochés aux arbres, de la sève fraîche sur les arbres qu’ils éventrent pour marquer leur territoire… Et tout autre indice qui pourra nous sembler inhabituel.

Sur ces paroles, la guerrière se relève tranquillement et signale la mise en route du groupe. Elle trouve important qu’ils se dépêchent un peu. Elle accorde un geste de la queue à Torak, lui signifiant de prendre la tête du cortège étant le seul à connaître le chemin. Elle en profite pour se glisser auprès de Lenwë et poursuivre par la même occasion la discussion. Ils ne sont pas encore en milieu hostile, après tout. Elle peut bien en profiter.

— C’est l’occasion de montrer aux autres que tu es volontaire. Tu m’as demandé de ne pas retenir mes coups ; et bien j’estime que ça vaut sur le terrain d’entraînement comme dans nos tâches quotidiennes. J’ai eu l’occasion de choisir mes partenaires pour la mission et j’ai trouvé judicieux de te sélectionner. Je pense que Finwë ne m’aurait pas donné sa permission si elle ne te pensait pas à la hauteur.

Elle esquisse un sourire encourageant. Plein d’amitié, en fait, chose plutôt déconcertante. C’est probablement parce que l’aura de sa congénère est similaire à celle de sa mère, mais que -contrairement à Finwë qui est maîtresse de ses émotions et de ce qu’elle affiche- Lenwë paraît plus accessible. Plus facile à atteindre. Ça la rend presque émouvante à ses yeux.
Et puis… Il faut reconnaître qu’en monopolisant un peu l’attention de la jeune louve, Torak n’en aura que moins d’occasions pour lui faire son jeu de charme. Pour une raison qui lui échappe, la Navnik ne peut pas faire autrement que s’embraser à chaque fois qu’il coule un regard à la princesse.
Saleté d’obsédé.

Une fois à proximité de la première tanière, Cersei marque l’arrêt du groupe. Elle se glisse dans la peau de la guerrière brutale, méthodique et sauvage. Ses pupilles se réduisent à l’état de deux toutes petites billes noires au milieu d’une mer argentée. Elle scrute la pénombre, tend les oreilles et sonde la quiétude environnante. Il n’y a pas d’oiseaux pour accueillir leur procession, seulement un silence devenu angoissant pour elle au fil des « jours » qui se succèdent. La nuit perpétuelle se mue désormais en une menace. Elle sonde l’obscurité, ne trouve rien d’alarmant et sonne donc la reprise des déplacements.

— Soyez prudents. Couvrez mutuellement vos arrières et prenez votre temps. On veut des indices, ne l’oubliez pas. Même code que d’habitude ; un grognement pour une menace qui approche d’un membre du groupe dans son angle mort, un aboiement si le danger est imminent. Un jappement pour commander l’arrêt et la reprise des déplacements.

Son murmure s’éteint avec les sourires échangés sur le chemin. Ils sont désormais dans le vif du sujet. Cersei prend les devants, accordant un signe à ses compagnons pour qu’ils gardent leurs positions. Elle s’éloigne. Une fois assez loin pour couvrir du terrain mais toujours à portée de regard, la Navnik lâche un jappement — le but étant que Lenwë commence elle-même à bouger vers elle en gardant ses distances, et enfin Torak. De cette façon, couvrir les larges bois de montagne prendra moins de temps tout en assurant leur sécurité.
Sauter directement dans la tanière n’est pas sans danger, aussi faut-il mieux ruser. Les ours abandonnent toujours des traces de leur passage, ne serait-ce que pour se nourrir, avertir un congénère en marquant son territoire. Les ourses, d’ailleurs, sont censées avoir mis bas depuis quelques temps. Elles sont donc accompagnées ; leurs chances de trouver quelque chose en sont multipliées.

Elle ratisse soigneusement les environs, laissant ses yeux se promener autour d’elle tout en lançant des regards sur sa gauche où les deux silhouettes de ses camarades marchent au même rythme. Ils sont à bonne distance l’un de l’autre, ce qui a le don de la rassurer un peu. Ses entrailles arrêtent de se tordre comme un gros serpent mécontent et la guerrière consent à se donner pleinement à la mission. C’est presque apaisant pour elle d’avoir une tâche à accomplir. Elle arrête de penser.

Bientôt, Cersei marque une pause devant un arbre. Elle se hisse sur ses pattes arrières, constatant qu’une touffe de poils sombres est accrochée dans l’écorce. Elle colle sa truffe contre, respire les relents qui subsistent. C’est très léger, donc vieux de quelques jours. Peut-être une semaine au plus. Elle jappe doucement, conviant les deux autres jeunes à la rejoindre.

— J’ai quelque chose., que la guerrière annonce d’une voix gênée.

La mine un peu sombre, elle regarde cet indice qui paraît si anodin et qui, pourtant, peut être si lourd de conséquences pour eux. Elle les regarde à tour de rôle, hésitante quant à la marche à suivre. Est-ce qu’il vaut mieux simplement retenir ce qu’ils ont trouvé -même si c’est maigre- et le rapporter aux autres pour qu’ils envoient une expédition plus imposante ?

— Ils datent un peu. On va devoir se rapprocher de la tanière pour détecter des signes de vie plus récents. Vous vous en sentez capables ? Je peux y aller seule si vous préférez assurer mes arrières. Ça ne prendra qu’une minute.

Se voulant courageuse en toute circonstance, la Navnik bombe la poitrine, inspire profondément et commence déjà à marcher prudemment vers la zone où est supposée être la tanière. Il ne reste qu’à savoir si les deux autres Inkyva auront le même mordant ou si ils vont choisir le repli.


JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV] 43821_v

Merci beaucoup aux petites mains qui me gâtent tant ! :coeur: Finwë, Ombre, vous êtes des amours. ;w;
Contenu sponsorisé

JE DÉDIE CES FLEURS MALADIVES [PV]