V2
 
Derniers sujets
» 16 Décembre
Aujourd'hui à 14:01 par Nilaya

» Thunder ♀ - 4 mois - Solitaire [LIBRE]
Aujourd'hui à 0:11 par Destin

» Sonveen ♂ - 2 ans - Solitaire [LIBRE]
Aujourd'hui à 0:03 par Destin

» 15 Décembre
Aujourd'hui à 0:00 par Destin

» Présentation de Meliodas
Hier à 20:24 par Meliodas

» Présentation de Tekoa
Hier à 20:04 par Finwë

» SLAP YOUR MAMA [PV]
Hier à 19:26 par Cersei

» Silver mirror - feat Cersei
Hier à 18:25 par Cersei

» 14 Décembre
Hier à 0:01 par Destin


SPEEDE ENCORE. [PV RAKSHA]

InvitéInvité
avatar

Mar 6 Nov - 19:29
ft. 10F - 16A - 8E
SPEEDE ENCORE
Tu es libre alors ?
Speede encore.


Speede encore.
Sa respiration lui échappait par petits nuages de buée dans la pénombre continue. Le Soleil était parti. Le Soleil était plongé dans un profond sommeil depuis des jours, et ne semblait pas décidé à sortir de sa caverne. Lui, Sonveen, était debout. Lui, Sonveen, était dehors. Son cœur battait frénétiquement dans sa cage thoracique et il avait l’impression de rajeunir à chaque seconde. À chaque fois qu’il prenait une accélération et une bouffée d’air, il s’éloignait un peu plus des jours où il était à moitié mort.
Speede encore.
Il courait à en perdre haleine dans les vastes plaines. Il se barrait. Il prenait des vacances avec ses maigres bagages qui se résumaient à sa propre peau et à ses mots à la con. Il laissait Nala, il laissait les deux mômes dont le sexe venait d’être déterminé : il s’agissait de deux fillettes. Il était maintenant en position de faiblesse dans la tanière, entouré par trois membres du sexe opposé — ce fameux sexe faible.
Il avait la sensation d’être cerné en permanence par ces créatures dangereuses et bruyantes ; il ne rencontrait quasiment que des femelles. Il se rappelait bien sûr du mâle de meute qui lui avait enseigné à chasser plus facilement, mais il était le seul spécimen viril qu’il avait dégoté dans les environs.

Speede encore.
Il en avait marre des femelles et de leurs odeurs entêtantes, de leurs paroles acerbes et féministes. Ça le gonflait purement et simplement. Aussi avait-il entamé son voyage vers la liberté ; celle-là même qu’il avait refourgué au placard pendant presque un mois pour devenir fidèle à Nala. Il ne savait toujours pas pourquoi il avait trouvé intelligent, à ce moment, de rester avec elle si souvent.
Ce temps était cependant terminé.
Il redevenait lui. Il récupérait son rôle de Sonveen.

Tout content d’avoir retrouvé sa propre chair et l’âme qui y était rattachée, le jeune mâle se dépensa un long moment avant de réaliser qu’il avait un « petit creux » — comprendre par là que son estomac hurlait à la mort — et qu’il devait se dépêcher de trouver un truc à bouffer s’il ne voulait pas ronger sa patte et garder la deuxième pour le lendemain.
Il permit à ses sens de reprendre le dessus sur son esprit oisif et commença à faire le tri entre les différentes odeurs et sons qu’ils percevaient. Il y avait des pistes trop vieilles pour faire son bonheur, et d’autres trop risquées. Il s’arrêta finalement sur celle d’une biche enveloppée par les relents amers et piquants du sang ; une bête blessée ? C’était visiblement son jour de chance.
Il s’élança prudemment dans la direction concernée et pressa encore et encore l’allure, esquivant un tronc d’arbre couché en sautant par-dessus. Dans l’obscurité, les formes étaient plus menaçantes et lui arrivaient déformées mais ça n’avait pas l’air de le gêner. Au contraire. La nuit était reposante à ses yeux. Pleine de cris étranges et d’ombres immenses, elle le replongeait en enfance, quand il observait jusqu’à se lasser.

Il trouva la biche au bord d’une petite rivière quasiment asséchée. Elle avait des plaies ouvertes sur les flancs mais le flux sanguin était arrêté ; les blessures dataient donc de plusieurs jours et sentaient l’infection à plein nez. Il ne jugea pas ce détail repoussant puisqu’il rampa dans les buissons en silence jusqu’à être assez près pour sauter. Prenant son élan, il atterrissait d’un bond sur l’arrière-train qu’il laboura de ses griffes et de ses crocs. La proie rua et lui asséna un coup de sabot — par chance, celui-là ne fit que le frôler et ne le blessa donc pas.
Profitant du mouvement de recul que Sonveen avait esquissé dans la crainte de recevoir une autre branlée, le cervidé s’engouffra dans les fourrés et engagea une course poursuite. Le jeune mâle se pressait sur ses talons, évitant avec soin les pattes meurtrières qui en avaient après sa vie et balançait ses canines dans la peau fine dès qu’il le pouvait. Il luttait contre les branches et contre la végétation qui cherchaient à le ralentir. Elle était toute proche...

C’est du moins ce qu’il croyait jusqu’au moment où il percuta quelque chose — une masse vivante, semble-t-il — en bondissant au-dessus d’une paire de buissons. Il laissa échapper un piteux gémissement en roulant sur le sol gelé. Il mit quelques secondes à comprendre ce qu’il était plus ou moins indemne et se releva lentement pour lancer un regard à ce qui avait précipité sa chute.
Une femelle.
Encore.


- Je te remercie pas. C’est mon dîner qui se fait la malle à cause de toi.
SPEEDE ENCORE. [PV RAKSHA]