V2
 
Derniers sujets
» 16 Décembre
Aujourd'hui à 14:01 par Nilaya

» Thunder ♀ - 4 mois - Solitaire [LIBRE]
Aujourd'hui à 0:11 par Destin

» Sonveen ♂ - 2 ans - Solitaire [LIBRE]
Aujourd'hui à 0:03 par Destin

» 15 Décembre
Aujourd'hui à 0:00 par Destin

» Présentation de Meliodas
Hier à 20:24 par Meliodas

» Présentation de Tekoa
Hier à 20:04 par Finwë

» SLAP YOUR MAMA [PV]
Hier à 19:26 par Cersei

» Silver mirror - feat Cersei
Hier à 18:25 par Cersei

» 14 Décembre
Hier à 0:01 par Destin


Un parfum connu - PV Finwë

Artifice du Dictateur
AspléniumArtifice du Dictateur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
18/100  (18/100)
Agilité:
12/100  (12/100)
Endurance:
12/100  (12/100)
avatar
Messages : 96Points : 198Age : 3 ansSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptômeDé & bonus possedé : 1 bonus anti-famine
+2 dés de Chasse Bonus
1 baie des neiges
1 Baie Cœur de Mer
Icone :

Lun 15 Oct - 20:13

Un parfum connu

ft. Asplénium & Finwë

F10 A3 E7

Parfois, le silence est mieux que la parole alors qu’à d’autre moment, le mieux serait encore de pouvoir hurler à plein poumon simplement dans le but de libérer cette souffrance intérieur qui nous pourris tous un peu plus chaque jour. Pourquoi continuer de vivre si la vie se montrait aussi pénible ? Et bien pour la même exacte raison pour laquelle nos parents avaient pris cette décision de nous mettre au monde. Vous ne savez pas de quoi je parle n’est-ce pas ? C’est si simple pourtant. L’espoir. Ce doux sentiment qui nous laisse espérer une amélioration alors que la douleur n’apparait que plus vive. L’espoir fait vivre que l’on se répète souvent. Moi personnellement je n’ai pas tout à fait la même opinion mais qui est là pour l’écouter au final ? Je passe mes grandes journées seul à promener mon corps sur les terres que je connais maintenant comme le fond de ma poche. Je réfléchis peu en général, me contentant simplement de laisser mes pattes me mener là où elles en avaient envie. D’ailleurs j’avais fait deux ou trois visites très brèves sur les terres des meutes mais en général je me tenais dans les lieux ou personnes n’avaient le pouvoir de me faire partir.

Alors que mes pensées occupait toute mon attention, une douce brise vint caresser mon corps et sans plus, je pu percevoir une odeur qui m’étais étrangement familière. Mon corps c’était alors figer de manière soudaine. Je me mis à renifler l’air ambiant alors que la brise continuait de souffler. Ma mémoire ne cessait de me hurler que je connaissais ce parfum unique et pourtant je tentais de me convaincre que non. Mon regard ambré détailla les alentours mais il était clair qu’il n’y avait personne. Sans plus je me remis en mouvement, mon pas se faisait plus rapide, je trottais avec élégance malgré ma stature. Le vent continuait de caresser mes poils, soulevant parfois certains dans un accès de joie. Je ne m’en préoccupais pas le moins du monde. Mon cerveau réfléchissait aussi rapidement qu’il lui était permis de le faire. L’odeur fini par disparaître et immédiatement mon corps se détendit. Je n’avais même pas remarqué cette tension qui s’était insérer dans ma musculature mais je ne comprenais pas non plus pourquoi je me détendais ainsi. Je soupirai lentement en finissant par me convaincre que ce devais être la faim qui me rendait aussi tendu.

Lorsque mon pas redevint normal, je me permis d’observer l’endroit où je me trouvais à présent et je ne fus pas déçu. Cette clairière était bien agréable et en général plutôt calme. Malgré la température plus fraîche, je pouvais encore voir quelques papillons voleter en silence là ou leurs cœurs les emmenaient. Immobile, je me permis de les observer quelques instants puis je me laissai tomber sans grande douceur dans l’herbe humide. Je réfléchissais en silence depuis quelques instants lorsqu’une nouvelle bourrasque de vent me fit parvenir une odeur … cette odeur …


Altruisme du Voyageur
FinwëAltruisme du Voyageur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 436Points : 428Age : 3 ans et demiSexe : FemelleRang : AlphaBlessure : Maladie : Détails blessures : CHOCS x3Dé & bonus possedé : 1 Bonus santé
6 dés de Chasse
2 dés de Pillage
Icone :

Lun 15 Oct - 21:00



Un parfum connu

Force : 100
Agilité : 100
Endurance : 100

Finwë & Asplénium

Finwë avançait d'un pas silencieux, pas parce qu'elle y faisait particulièrement attention, mais parce qu'elle en avait l'habitude. La chasseuse savait se faire discrète, et telle une ombre grise, elle se glissait parmi les hautes herbes de la clairière. Elle aimait errer sur les terres neutres de temps à autre. Découvrir de nouveaux horizons. Pouvoir échapper ne serait-ce que quelques instants au poids des responsabilités qui pesaient sur ses épaules. Son rôle de bras-droit. Et son projet. En était-elle vraiment capable ? Pouvait-elle réellement réunir tous les anciens Navnik et reprendre le pouvoir à Nilaya ? Elle avait déjà le soutien d'Heda, celui de Zephyr aussi. Celui de Kheryel et de ses enfants aussi bien sûr. Mais c'était peu, trop peu pour une révolte et un coup d'état.
Alors la louve argentée s'était dirigée jusqu'ici, s'aérant l'esprit, s'éloignant du camp, dont l'air était devenu étouffant pour elle depuis qu'elle avait commencé à mettre son plan à exécution. Et elle se trouvait là, arpentant la végétation d'où émergeaient parfois des papillons dérangés par son passage. La brise souffla dans son dos, ébouriffant son épaisse fourrure, ce qui donna à la louve musclée un air encore plus impressionnant. L'air était de plus en plus froid, l'hiver ne tarderait plus longtemps.
Finwë s'arrêta et leva le museau vers le ciel. Elle inspira longuement, humant les différentes senteurs qui émanaient des environs. L'herbe grasse, la terre humide sous ses pattes, le fumet discret d'une souris. Et parmi toutes ces odeurs, une autre se démarqua. Celle d'un loup. Et pas inconnu. L'Inkyva se remit en marche, se dirigeant dans le silence le plus total vers son congénère. Elle voulait savoir de qui il s'agissait. Finwë connaissait peu de solitaires, et le loup qu'elle avait repéré en était un, sinon son pelage aurait porté l'odeur beaucoup plus forte d'une meute. Lorsqu'elle arriva sur place, elle ne vit d'abord rien. Puis, son regard aiguisé repéra un mouvement presque imperceptible un peu plus loin. Un loup au pelage noir était allongé paisiblement dans l'herbe. Et elle le reconnut immédiatement. Son odeur lui était si familière parce qu'elle l'avait rencontré il y a peu de temps. Le solitaire qui s'était introduit sur les terres Inkyva. Celui qui avait vécu délibérément dans leurs grottes pendant plusieurs jours. Celui qu'elle avait chassé, non sans mal à cause de son caractère effronté. Celui qui avait réussi l'exploit de la pousser dans ses retranchements, jusqu'à ce qu'elle parvienne enfin à se débarrasser de lui.
«Asplénium.»
La louve n'avait pas voulu prononcer son nom à voix haute, mais il venait de lui échappait. Et tandis qu'il la repérait et dardait son regard ambré sur elle, elle le fixait avec dédain et agacement.


REIRA DE LIBRE GRAPH



Merci Nailah !:
 
Artifice du Dictateur
AspléniumArtifice du Dictateur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
18/100  (18/100)
Agilité:
12/100  (12/100)
Endurance:
12/100  (12/100)
avatar
Messages : 96Points : 198Age : 3 ansSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptômeDé & bonus possedé : 1 bonus anti-famine
+2 dés de Chasse Bonus
1 baie des neiges
1 Baie Cœur de Mer
Icone :

Mer 17 Oct - 4:54

Un parfum connu

ft. Asplénium & Finwë

F10 A3 E7

Je n’avais pas pris de temps pour moi depuis plusieurs jours. J’avais tendance à simplement errer sans vraiment vouloir me détendre et alors que je me décidais à cesser de me casser la tête avec toutes les idioties du monde, je me retrouvais poursuivi par un parfum étrangement familier. Je n’arrivais pas à savoir exactement ce qu’il me rappelait mais mon cerveau lui avait décidé qu’il allait faire la lumière sur cela. Aussi bien abandonné immédiatement le projet de la détente. Ce fut d’ailleurs pour cette raison que j’avais laissé mon corps s’écraser dans les herbes sans la moindre douceur. Je n’étais pas particulièrement ravi de devoir sans cesse réfléchir mais au fond, j’avais toujours été ce loup un peu étrange qui tient les autres à distance grâce à ce caractère horrible et déplaisant. Mon regard ambré détaillait les herbes autour de moi au moment où le vent vint m’offrir une nouvelle fois cette douce parcelle de parfum. Mon cerveau tournait à toute allure, comme si surchauffé était gage de réussite. Cette pensée m’arracha un léger sourire amusé mais je ne le conservai pas très longtemps car alors que je me remettais à mon projet d’observation, une voix prononçant mon nom me tira de mes pensées. Sans douceur je redressai la tête pour regarder du côté d’où le son m’étais parvenu et alors mes prunelles se posèrent sur elle.

Il ne me fallut pas plus longtemps pour réaliser que cette odeur était la sienne. Je laissai échapper un soupire involontaire alors que je la détaillais rapidement. Elle semblait plus massive que dans mes souvenirs, mais le vent y était fort probablement pour quelque chose. Ma langue vint couvrir mon museau quelques secondes alors que je me léchais les babines puis ma tête retomba lourdement dans l’herbe. Je fis rouler mon corps sans réelle grâce pour me retrouver les quatre pattes en l’air et je me tortillai quelque seconde pour enfin faire taire ce picotement désagréable qui flottait dans mon dos. Mes pattes retombèrent bien vite et une nouvelle fois je me redressai sans me lever cependant. Je gardais une certaine sécurité avec elle. Si j’étais déjà coucher alors qu’elle se décidait encore une fois à me sauter dessus, je tomberais de moins haut. Ma voix brisa le silence alors, mes prunelles toujours fixé sur elle.

- Finwë

Je n’avais pas besoin de prononcer autre chose que son prénom. Elle se souvenait du mien et moi j’avais souvenir du sien. Nous étions donc à égalité sur ce point. Bien sûr j’aurais pu m’amuser un peu et faire comme si je n’avais pas souvenir de l’avoir rencontrer, mais j’avais tendance à me remémorer facilement les folles furieuses qui me sautait dessus. Je ne savais pas trop pourquoi … Au bout de quelques instants, ma voix s’éleva de nouveau. Mon ton était froid, comme à mon habitude.

- Laisse-moi deviner … tu veux que je quitte se territoire aussi c’est sa ?

J’étais sarcastique bien évidemment, mais j’aimais bien l’irriter un peu. Elle avait un certain charme lorsqu’elle se mettait en colère. Un sourire amusé brillait légèrement sur mes lèvres, se reflétant dans mon regard. C’était chose rare car je n’avais pas tendance à laisser ce genre de sentiment m’envahir. Mais mon humour m’avait toujours fais rire.


Altruisme du Voyageur
FinwëAltruisme du Voyageur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 436Points : 428Age : 3 ans et demiSexe : FemelleRang : AlphaBlessure : Maladie : Détails blessures : CHOCS x3Dé & bonus possedé : 1 Bonus santé
6 dés de Chasse
2 dés de Pillage
Icone :

Jeu 18 Oct - 13:31



Un parfum connu

Force : 100
Agilité : 100
Endurance : 100

Finwë & Asplénium

Le solitaire ne sembla pas plus perturbé que cela par la présence de la louve. Il s'adonna à une roulade dans l'herbe, et le bras-droit l'observa d'un regard sceptique. Elle ne comprenait définitivement pas les agissements de ce dernier. Lorsqu'il eut une posture plus normale, il la fixa à son tour.
«Finwë., répondit-il en l'imitant.
Un long silence s'installa, pendant lequel ils ne se lâchèrent pas du regard. Finwë allait fausser compagnie à Asplénium lorsqu'il reprit la parole.
-Laisse-moi deviner … tu veux que je quitte se territoire aussi c’est ça ?, lança-t-il avec un large sourire.
Finwë se détourna, faisant mine d'observer autre chose plus loin. Elle n'avait rien à lui reprocher ce jour-là, donc aucune raison de s'en prendre à lui. Aussi étrange que cela puisse paraître, elle allait se montrer amicale avec le solitaire. Elle n'avait jamais été mauvaise ni agressive, juste protectrice envers sa meute. Elle ignora cependant sa question, destinée à se moquer d'elle. Il savait pertinemment qu'elle ne pouvait le chasser des terres neutres.
-Contente de constater que tu as compris la leçon., dit-elle d'un ton neutre. Je sais que la chasse est bonne sur ces terres, au moins tu n'auras plus besoin de prendre des risques inutiles.
Elle posa son regard argenté sur le mâle, veillant à ce qu'il comprenne bien le message qu'elle voulait lui transmettre. Si il remettait les pattes chez les Inkyva, elle ne le raterait pas. Mais tant qu'il restait à sa place, elle n'avait aucune raison de s'en prendre à lui et pourrait même discuter paisiblement. Finwë préférait laisser une seconde chance à chacun. Après tout, tout le monde faisait des erreurs.
Elle s'avança d'un pas calme, tout en gardant une distance respectable, puis s'allongea à son tour, les pattes avant tendues devant elle, les muscles tendus dans l'éventualité où elle devrait réagir rapidement à un quelconque danger. La louve bailla longuement, signifiant à Asplénium qu'elle n'avait aucune mauvaise intention.
-Est-ce que tu aurais vu des humains emmener des loups récemment ?», questionna-t-elle soudainement.
Tant qu'elle était là à discuter avec lui, peut-être qu'elle pourrait tirer quelques informations sur les disparitions récentes.


REIRA DE LIBRE GRAPH



Merci Nailah !:
 
Artifice du Dictateur
AspléniumArtifice du Dictateur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
18/100  (18/100)
Agilité:
12/100  (12/100)
Endurance:
12/100  (12/100)
avatar
Messages : 96Points : 198Age : 3 ansSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptômeDé & bonus possedé : 1 bonus anti-famine
+2 dés de Chasse Bonus
1 baie des neiges
1 Baie Cœur de Mer
Icone :

Mar 30 Oct - 21:13

Un parfum connu

ft. Asplénium & Finwë

F11 A6 E7

Alors que ma voix laissait entendre le nom de la louve qui se tenait devant moi, je me permis de la détailler un peu plus en détail. La dernière fois je ne m’y étais pas autorisé ou plutôt je n’en avais pas vraiment eu le temps. Elle était d’une nature plutôt imposante, jolie fourrure bien fourni et des oreilles bien hautes. Je ne voyais pas de cicatrice visible au niveau de son pelage et donc si elle en avait, elles devaient avoir bien guéri pour que rien ne soit visible de l’extérieur. Alors que je l’observais depuis un certain moment, je me rendis soudain compte que depuis je n’avais pas ouvert la bouche, je m’étais contenter de la fixer dans un silence qui aurait pu sembler gênant. Je m’étais alors permis un commentaire qui rappelait notre toute première rencontre. Je continuais de l’observer alors que de son côté elle détourna les yeux vers les l’horizon et les lieux qui nous entourait. L’endroit était agréable et intéressant c’était vrai. Je brisai quelques secondes le contact que j’avais sur elle pour observer les alentours aussi. Ce fut sa voix qui fit en sorte que mon regard ambré se reposa sur elle à nouveau. Un nouveau sourire amusé vint prendre place sur mes lèvres. Elle était contente ? C’était comme ça qu’elle exprimait ce sentiment ? Et bien elle était peu convaincante. Mon sourire s’étira lentement sur ses paroles mais il disparut rapidement. Je n’avais rien compris, j’étais maître de mes choix et elle finirait par s’y faire et ce peu m’importais les conséquences. J’ouvris alors brièvement les lèvres.

- On verra avec l’avenir si j’ai compris ou pas …

Ma voix était toujours froide mais on pouvait y percevoir une douceur nouvelle. Je ne souhaitais pas qu’elle prenne mes paroles comme une attaque personnelle ou encore comme un aveu d’intrusion prochaine. Je dois avouer que cette louve m’intriguait légèrement. Elle était différente de celles qui avaient croisé ma route. Elle n’avait rien de fragile ou encore de naïf et je trouvais cela intéressant. Alors que je demeurais toujours immobile, je pu percevoir un mouvement chez elle. En quelques foulées elle se retrouva plus près de moi et je pu l’observer alors qu’elle s’étendait aussi au sol. Rien de particulièrement confortable, elle restait visiblement sur ses gardes. Je n’étais aucunement un danger pour elle à cet instant, mais je la comprenais de ne pas me faire confiance. Même moi j’y avais difficilement parfois. Elle bailla longuement alors que de mon côté je me léchais les babines, légèrement mal à l’aise de la voir me démontrer aussi clairement qu’elle n’était pas une menace. Puis, sa voix s’éleva lentement. Sa question semblait posé de manière précipité comme si elle n’y avait pas vraiment réfléchi. Mon regard se perdit dans le vague un court instant alors que je réfléchissais. J’avais entendu des rumeurs et croisé de loin des humains il était vrai mais je ne savais pas tellement si c’était le genre de chose qu’elle voulait savoir.

- Il y a quelques rumeurs à vrai dire …

Je marquai une pause avant de reprendre la parole.

- Une jeune louve aurait été capturée … mais je ne me souviens pas des détails …

Ce n’était pas totalement vrai. Je connaissais plus de chose que ce petit point tout simple mais je n’avais pas envie qu’elle me bombarde de questions sur le pourquoi je ne m’étais pas imposer pour sauver une louve de son clan. La réponse était simple … premièrement je tenais à ma vie et à ma liberté mais aussi … j’avais croisé le piège vide après le passage des bipèdes alors que l’odeur était encore assez fraîche pour que j’en reconnaisse le parfum mais pas suffisamment prononcé pour pouvoir dire que je pouvais encore les rattraper.

- Et toi tu as entendu des choses ?

Je l’observais maintenant fixement. Les questions pouvaient aller dans les deux sens.


Altruisme du Voyageur
FinwëAltruisme du Voyageur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 436Points : 428Age : 3 ans et demiSexe : FemelleRang : AlphaBlessure : Maladie : Détails blessures : CHOCS x3Dé & bonus possedé : 1 Bonus santé
6 dés de Chasse
2 dés de Pillage
Icone :

Jeu 1 Nov - 20:41



Un parfum connu

Force : 100
Agilité : 100
Endurance : 100

Finwë & Asplénium

Au grand désespoir du bras-droit, elle ne tira pas grand-chose du solitaires pourtant curieux.  
«Il y a quelques rumeurs à vrai dire … Une jeune louve aurait été capturée … mais je ne me souviens pas des détails …, dit-il d'un air nonchalant.
Finwë ne réagit pas. La jeune louve dont il parlait devait probablement être Pandora. Il était rare que les solitaires aient des petits à cause de leur survie difficile. Cependant, quelque chose la tracassait. Qui était au courant des disparitions chez les Inkyva ? Se pouvait-il que l'un des siens en ait parlé aux solitaires ? Dans tous les cas, elle n'aimait pas cela. Si la rumeur remontait aux oreilles des Agmark, le fait que des Hommes parviennent à capturer leurs membres sur leur propre territoire passerait sans aucun doute pour un signe de faiblesse, et ce dont ils avaient le moins besoin en ce moment était que leurs adversaires les approchent de trop près.
-Et toi tu as entendu des choses ?, reprit finalement Asplénium, la fixant avec insistance.
La louve lui rendit son regard sans ciller. Ne pas en dire trop mais satisfaire sa curiosité pour éviter d'autres questions. Elle ne pouvait se permettre de dévoiler ce qui se tramait chez les Inkyva, le mâle en savait déjà beaucoup trop.
-Rien de plus que ce que tu sais déjà. Des rumeurs qui m'intriguent., se contenta-t-elle de répondre.
Elle avait toujours son ton calme, ne laissant paraître aucune émotion. Elle avait appris à garder son sérieux et son détachement il y a bien longtemps déjà. La louve argentée secoua la tête, se débarrassant d'un papillon un peut trop collant qui ne cessait de voleter autour de ses oreilles. Elle ne savait quoi faire pour les Hommes. Une fois de retour au camp, elle se chargerait d'accélérer les choses et de mener l'expédition destinée à retrouver les disparus. Elle espérait cependant qu'elle ne mettait pas la vie de ses frères de meute en danger en les embarquant dans une mission aussi dangereuse. Sinon, elle serait entièrement responsable d'un quelconque accident en tant que bras-droit et dirigeante du groupe.
-Tu viens de ces terres ?», demanda-t-elle soudainement au loup face à elle.
Elle préférait ne pas imaginer les pires scénarios qui pourraient se produire. Pour l'instant elle n'y était pas encore, alors elle devait chasser ses inquiétudes de son esprit et discuter avec Asplénium était une façon comme une autre d'y parvenir.


REIRA DE LIBRE GRAPH



Merci Nailah !:
 
Artifice du Dictateur
AspléniumArtifice du Dictateur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
18/100  (18/100)
Agilité:
12/100  (12/100)
Endurance:
12/100  (12/100)
avatar
Messages : 96Points : 198Age : 3 ansSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptômeDé & bonus possedé : 1 bonus anti-famine
+2 dés de Chasse Bonus
1 baie des neiges
1 Baie Cœur de Mer
Icone :

Jeu 15 Nov - 4:09

Un parfum connu

ft. Asplénium & Finwë

F11 A6 E7

J’observais la louve en silence. Généralement je ne tolérais pas du tout le fait qu’un autre représentant de ma race se trouve aussi près de moi mais au vu de notre dernière rencontre je préférais tolérer quelque instant pour ne pas finir encore une fois plaquer au sol par cette folle. C’était peut-être pour cette raison que j’avais préféré demeurer étendu au sol. Ainsi le risque était plus faible. La voix de Fin’ me ramena cependant à la réalité au moment où elle se permit de l’interroger sur les enlèvements qui avait lieu depuis quelques temps. J’avais préféré feindre l’ignorance, c’était plus simple que de devoir encore une fois expliquer à une louve qui clairement ne me portait pas dans son cœur que j’avais été là ou je ne devais pas être. Je pu percevoir une certaine déception dans son regard mais je fis comme si je n’avais rien remarqué, me contentant de lui retourner la question. Je continuais de l’observer fixement et je ne pus retenir un léger sourire amusé lorsque je pu me rendre compte qu’elle me retournait ce même regard indiscret. Je me léchai lentement le museau puis je détournai les yeux d’elle pour observer les alentours. La voix de la louve s’éleva de nouveau, laissant entendre qu’elle n’en savait pas plus que moi mais sur ce point je demeurais septique.

Les secondes passaient en silence entre nous et je n’étais pas mécontent de ce moment de calme. Je n’étais pas vraiment en grand parleur et donc tous les mots qui sortaient de ma bouche me laissaient un gout amer en plus de me rendre un peu trop tendu. Mon esprit avait tranquillement repris ses habitudes de divagations, me permettant de m’enfuir de cette rencontre quelques peu étrange. Je ne pus cependant pas profiter de ma solitude mentale bien longtemps car je dû reprendre contact avec cette réalité puisque Finwe avait de nouveau laissé ses paroles se faire entendre. Sans le vouloir, mes oreilles se collèrent sur mon crane et mon regard se perça d’une froideur puissante lorsque mon cerveau compris le sens de la question. Je mis même quelques instants avant de réaliser que j’avais même cessé de respirer. Le pelage couvrant mon échine avait réagi contre mon gré et ils c’étaient hérissés brusquement. Je me redressai brusquement et je fis quelques pas pour m’éloigner de la louve. Mon cœur battait avec une force destructrice dans mon poitrail, j’en avais presque mal aux côtes.

- Non

Ma voix avait claqué tel le fouet sur les flancs d’un cheval récalcitrant. Pourtant je n’en avais à ce moment précis absolument rien à faire. Je ne parlais jamais de mon passé et cela pour une très bonne raison. C’était peut-être pour cela que même sans le vouloir mon corps avait réagi avec autant de violence. Je lui tournais encore le dos, tentant de rester immobile pour ne pas lui faire croire à un danger quelconque. Cette folle était monté sur ressort elle pourrait très bien m’attaquer pour rien. Mon échine retomba lentement et mes oreilles reprirent leur emplacement normal. Je relevai la tête pour perdre mon regard sur l’horizon quelques instants. Puis, ma voix ce fit entendre. Elle était remplit de tension, mais j’étais plus calme.

- J’ai grandis très loin d’ici …

Ma tête pivota alors pour me permettre d’avoir la louve dans mon champ de vision. Je soupirai lentement puis mon corps se rapprocha d’elle et je me remis lentement en position couché comme je l’avais été quelques instants seulement avant. Elle devait certainement me prendre pour le pire des tarer et elle n’en était certainement pas très loin. Je n’avais rien d’un loup saint d’esprit, les années m’avaient forgé comme il l’avait pu et le résultat n’avait rien de splendide au final. Je me laissai lentement tomber sur le flanc froid. Ma respiration était encore rapide, soulevant mes côtes à intervalle régulier. Ma voix brisa de nouveau le silence.

- Tu sembles plutôt à l’aise ici … pourquoi une meute ?

Mon regard ambré se posa sur elle, attendant une réponse.


Altruisme du Voyageur
FinwëAltruisme du Voyageur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 436Points : 428Age : 3 ans et demiSexe : FemelleRang : AlphaBlessure : Maladie : Détails blessures : CHOCS x3Dé & bonus possedé : 1 Bonus santé
6 dés de Chasse
2 dés de Pillage
Icone :

Jeu 15 Nov - 12:12



Un parfum connu

Force : 100
Agilité : 100
Endurance : 100

Finwë & Asplénium

La louve savait pourtant qu'évoquer le passé ne plaisait pas à bon nombre de loups. Elle-même détestait en parler. Cependant cette pensée ne lui avait pas traversé l'esprit lorsqu'elle avait interrogé Asplénium. Et sa réaction fut des plus étranges qu'elle ait jamais vu. Le mâle se raidit et changea immédiatement d'attitude, pour adopter un comportement qu'elle n'avait pas encore vu chez lui. Il se redressa brusquement mais Finwë, elle, ne bougea pas d'un poil. Elle le laissa s'éloigner en l'observant d'un regard neutre.
«Non.
Sa voix avait résonné dans le silence, d'un ton sombre et cassant. La louve ne dit rien, se contentant de le laisser se calmer tout seul. Peu de temps après, le solitaire sembla reprendre le contrôle de son esprit et sa fourrure, jusqu'alors dressée sur son dos, se plaqua de nouveau docilement sur son corps tandis qu'il se tournait vers elle.
-J’ai grandis très loin d’ici …, répondit-il.
C'était tout. Par cette simple phrase Finwë savait qu'il avait mis fin à cette conversation. Ni elle ni lui ne poseraient davantage de questions sur leurs passés respectifs. Et, au fond, la louve savait que c'était mieux ainsi. L'Inkyva suivit le solitaire du regard tandis qu'il se couchait de nouveau face à elle, encore haletant. Le silence semblait s'éterniser quelque peu, Finwë ne voulant pas reprendre la parole en premier, lorsque Asplénium éleva de nouveau la voix.
-Tu sembles plutôt à l’aise ici … pourquoi une meute ?
Finwë lui rendit son regard, se demandant pourquoi son mode de vie l'intéressait autant. Hésitait-il à se joindre à un groupe et attendait-il donc qu'elle le fasse pencher vers l'un ou l'autre de ses choix ? En tout cas si il envisageait de venir chez les Inkyva, elle ne le laisserait pas faire avant d'être totalement sûre qu'elle pouvait avoir confiance en lui. Ce qui était loin, très loin même, d'être le cas. Elle sortit de sa réflexion avant de détourner le regard.
-J'avais besoin d'aide, la meute m'a accueillie et je les remercie en les aidant de mon mieux., dit-elle. C'est ma famille désormais, alors je ne les abandonnerai pas.
La chasseuse s'arrêta net. Elle en disait trop. Elle qui n'avait pourtant pas l'habitude de se confier à n'importe qui venait presque de dévoiler son histoire à un solitaire qu'elle n'avait rencontré que deux fois et chassé lors de la première. Au moins elle avait eu la présence d'esprit de s'arrêter avant de s'étendre sur le sujet. Mais assez parlé d'elle. Asplénium l'intriguait toujours autant et si elle l'avait cerné correctement, ce serait un jeu de questions réponses à double-sens. Bien, elle pouvait faire cela en se concentrant un minimum.
-Et toi ? Pourquoi la solitude ?», s'enquit-elle, une étincelle d'amusement brillant dans ses prunelles grises.


REIRA DE LIBRE GRAPH



Merci Nailah !:
 
Artifice du Dictateur
AspléniumArtifice du Dictateur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
18/100  (18/100)
Agilité:
12/100  (12/100)
Endurance:
12/100  (12/100)
avatar
Messages : 96Points : 198Age : 3 ansSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptômeDé & bonus possedé : 1 bonus anti-famine
+2 dés de Chasse Bonus
1 baie des neiges
1 Baie Cœur de Mer
Icone :

Ven 16 Nov - 23:33

Un parfum connu

ft. Asplénium & Finwë

F11 A6 E7

Je ne savais pas vraiment ce qui m’étais passé par la tête au moment où la louve avait ouvert les lèvres. Mon cerveau était tombé en mode sauvegarde et sans le moindre contrôle je m’étais éloigné d’elle comme si les flammes léchaient mon arrière train. Je n’avais pas ressenti cette colère depuis si longtemps que je l’avais presque oublié. Mais au final elle était restée là, bien caché dans un coin de mon esprit, attendant ce moment parfait pour venir ruiner tout ce que je croyais réel et parfait. Mon corps était remplit d’une tension désagréable, d’un sentiment de désespoir que j’aurais préféré ne jamais voir remonter en moi. Ce fut probablement ce qui fit en sorte que lorsque ma voix s’éleva la première fois même moi je ne pus la reconnaître. C’était comme si quelqu’un d’autre avait pris la parole à ma place mais pourtant c’était ma mâchoire qui avait bougé. Ma tête tournait au point que j’en vins à me questionner à savoir si j’allais tolérer ce sentiment horrible qui m’avait envahi sans demander son reste.

Ma voix c’était alors élevé de nouveau, elle n’était peut-être pas tout à fait la même que celle auquel je m’étais habitué, mais j’y percevais quelque chose d’un peu plus familier. Ce fut peut-être d’ailleurs ce qui me permit de finalement retrouver le calme. Mon cerveau retrouva cette brume épaisse auquel il avait toujours été habitué depuis ce jour morbide ou j’avais découvert ce qui m’avait fait devenir celui que j’étais. Doucement, j’avais repris possession des pas qui m’avait séparé de Finwë et sans plus, mon corps repris sa place initial. On aurait presque pu croire que cet événement n’avait pas eu lieu. Mais mon essoufflement en était encore la preuve. Je me permis quelques instants de réflexion avant de finalement prendre la parole. Cette pause était surtout pour réussir à retrouver mon contrôle. Je n’aimais pas ressentir une faiblesse quelconque et donc je me devais de remettre cette facette de moi qui rendait la louve incertaine et suspicieuse à savoir si j’étais un monstre ou non. Ma voix perça finalement le nuage qui nous avait englobés. Mon ton était redevenu le même au moment où je lui demandai pourquoi elle avait choisi une meute.

Son regard couleur acier se posa alors sur moi. Je me contentai alors de garder ce contact visuel sans demander rien de plus. Elle était libre de me répondre ou non. Je faisais mon curieux mais ce n’était pas absolument essentiel pour moi de tout savoir. Au bout de quelques instants, la louve détourna les yeux de moi et sa voix s’éleva. Sans le vouloir, à ses paroles, je me remis en position couchée normal, ma tête revenant à la même hauteur que la sienne. Mes oreilles étaient dans sa direction, écoutant ce qu’elle me disait sans briser le sens de ses paroles. Ce fut par elle-même qu’elle stoppa ses mots et je ne pus retenir un léger sourire. Elle devait croire qu’elle en disait trop mais au final ce n’était pas grand-chose. Elle connaissait donc la solitude, elle avait eu des problèmes et elle avait accepté l’aide qu’on lui offrait. Je ne pus m’empêcher de penser qu’au final Finwë avait eu de la chance d’avoir un bon fond. J’étais perdu dans mes réflexions au moment où la voix de la louve m’en tira. Sa question était valable, en temps normal je ne répondais pas à ce genre d’interrogation, mais c’était normal que je me doive de le faire puisqu’elle avait répondu alors que moi je l’avais questionné.

- C’est juste devenu une vie pour moi avec le temps …

Un léger silence s’installa alors que je réfléchissais à ce que je pouvais dire sans trop en dévoiler. J’inspirer lentement avant de reprendre.

- Quand on est un être comme moi … la solitude devient un mode de vie beaucoup plus rentable …

Un nouveau silence, plus court cependant.

- Tu me verrais dans une meute ? Je ne suis pas fait pour la vie en famille … j’ai détruit la mienne … c’est suffisant il me semble …

Ma voix se brisa finalement alors que je détournais les yeux vers le paysage qui nous entourait. Les papillons continuaient leur mouvement en souplesse. J’avais le sentiment d’en avoir laissé passer un peu trop, mais au final aucun détail n’était troublant ou réellement inquiétant pour moi alors je ne m’en faisais pas trop. Mon regard ambré revint vers Fin’ au bout d’un cours moment. Je lui esquissé un léger sourire en coin mais ce sourire ne parvint pas à mon regard qui demeura froid. Je conservai le silence, ne sachant pas vraiment quelle question je pouvais lui poser.


Altruisme du Voyageur
FinwëAltruisme du Voyageur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 436Points : 428Age : 3 ans et demiSexe : FemelleRang : AlphaBlessure : Maladie : Détails blessures : CHOCS x3Dé & bonus possedé : 1 Bonus santé
6 dés de Chasse
2 dés de Pillage
Icone :

Sam 17 Nov - 16:40



Un parfum connu

Force : 100
Agilité : 100
Endurance : 100

Finwë & Asplénium

Finwë eut du mal à dissimuler sa surprise lorsque le solitaire lui livra sa réponse sans rechigner. Alors qu'elle pensait commencer à le cerner, voilà qu'il changeait d'attitude, ce qui était déconcertant. Mais la louve n'était pas contre ce changement maintenant qu'il semblait plus enclin à parler.
«C’est juste devenu une vie pour moi avec le temps …, commença-t-il.
Son regard se perdit dans ses pensées et le bras-droit attendit patiemment qu'il en sorte et continue.
-Quand on est un être comme moi … la solitude devient un mode de vie beaucoup plus rentable … Tu me verrais dans une meute ? Je ne suis pas fait pour la vie en famille … j’ai détruit la mienne … c’est suffisant il me semble …, dit-il finalement.
Finwë l'observa longuement. A vrai dire, elle s'attendait quelque peu à ce genre d'histoire venant de sa part. Son tempérament distant, agressif et moqueurs lui avaient déjà indiqué lors de leur première rencontre qu'un événement sérieux avait dû se produire pour qu'il en arrive à ce point. C'était le cas pour la plupart des loups plus ... impulsifs. Elle en connaissait de nombreux parmi les Inkyva. Et bien sûr Reithkin était ainsi lui aussi. Reithkin ... Penser à son frère laissa un goût amer dans la gueule de la louve. Elle ne l'avait pas revu depuis longtemps. Talia n'était alors qu'un tout petit louveteau. Depuis ce jour elle s'était toujours demandée si il était en vie. Elle n'avait toujours pas la réponse à cette question.
Se concentrant de nouveau sur l'instant présent, la louve fixa d'un air distrait un papillon qui s'était posé dans l'herbe non loin, agitant de temps en temps ses ailes sans pour autant s'envoler de nouveau.
-Nous avons tous un passé auquel nous tentons d'échapper., répondit-elle d'une voix calme. Certains y parviennent rapidement, d'autres non. Mais sache que tout est possible.
Elle posa de nouveau les yeux sur Asplénium, la sincérité se lisant dans son regard.
-Je ne suis pas aussi innocente et privilégiée que tu le penses. J'ai failli tuer mon propre frère. Par vengeance., annonça-t-elle.
Un lourd silence s'installa sur la clairière. Même les oiseaux qui se tenaient dans les quelques arbres alentours avaient cessé de piailler, comme si ils attendaient la suite.
-Mais ..., reprit la louve dans un soupir. ... j'ai appris de mes erreurs, et je suis désormais bien loin de ressembler à celle que j'étais il y a quelques années.»
Elle ne savait pourquoi elle se dévoilait ainsi au mâle, mais il lui semblait qu'un poids s'était ôté de sa poitrine. Elle avait parlé. Jamais auparavant elle n'avait évoqué son passé à qui que ce soit. Même Kheryel ignorait tout de son frère. Aussitôt le soulagement d'avoir parlé de Reithkin à quelqu'un d'autre laissa la place à l'agacement. Asplénium n'était pas digne de confiance et elle le savait, mais il était doué pour manipuler les autres, elle ne pouvait le nier. Et elle détestait qu'on la manipule, surtout pour discuter d'une chose qu'elle aurait préféré oublier et ne jamais déterrer de ses souvenirs. Elle se détourna, fixant d'un air rageur la brindille où le papillon avait désormais disparu.


REIRA DE LIBRE GRAPH



Merci Nailah !:
 
Artifice du Dictateur
AspléniumArtifice du Dictateur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
18/100  (18/100)
Agilité:
12/100  (12/100)
Endurance:
12/100  (12/100)
avatar
Messages : 96Points : 198Age : 3 ansSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptômeDé & bonus possedé : 1 bonus anti-famine
+2 dés de Chasse Bonus
1 baie des neiges
1 Baie Cœur de Mer
Icone :

Mar 20 Nov - 3:34

Un parfum connu

ft. Asplénium & Finwë

F11 A6 E7

Cette louve avait quelque chose de différent si je la comparais à toutes celles qui avaient croisé ma route depuis ma naissance. Elle avait cette fierté et ce regard bienveillant qu’on celle qui ont une vie qui leur convient. Je l’observais tout en lui parlant un peu de mon passé. Rien de bien précis, je n’avais pas envie qu’elle sache vraiment le monstre que j’étais au final. Mes paroles laissaient cependant entrevoir une partie de l’horreur qu’avait été la route sur laquelle je marchais. Finwë m’avait écouté dans un silence des plus complets. Au vu de son comportement elle ne semblait pas le moindrement surpris par ce que je venais tout juste de lui avouer. Mon comportement était prévisible au fond. Un monstre ne pouvait avoir qu’une horreur comme passé. Mon regard ambré demeurait posé sur elle mais je demeurais maintenant silencieux. Je n’avais rien d’autre à ajouter sur moi et de toute manière elle ne méritait pas d’en savoir autant. Je ne savais pas encore vraiment pourquoi je lui laissais la vie mais au final cela m’intéressais de le découvrir. Ma tête fini par pivoter pour recommencer à regarder l’environnement qui nous entourait. Les papillons continuaient leur danse comme si personne ne les avaient jamais déranger. Certains semblait se reposer sur les brindilles ou près de certaines fleurs alors que d’autre continuait de battre furieusement de leur ailes légèrement coloré dans l’espoir peut-être de changer le monde.

La voix légère et calme de la louve me forçant à revenir dans l’instant présent, je dû de nouveau pivoter la tête pour la regarder. Mes oreilles étaient cependant demeuré pointer sur elle dans l’éventualité de paroles. Elle aurait très bien pu quitter les lieux mais elle ne l’avait pas fait. Les mots qui sortaient de sa gueule se voulaient certainement une sorte d’encouragement mais je n’avais plus espoir de changer depuis bien longtemps. Je n’avais jamais été fait pour les contacts prolongé, l’amitié ou même l’amour et je le savais que trop bien. Mon regard ambré se refroidit légèrement à cette pensée puisque je faisais exactement le contraire actuellement. Cette louve était devant moi pour la deuxième fois et en plus elle était en vie. Qu’est-ce qui ne tournait pas rond chez moi ? Elle ne devait absolument pas me faire confiance, elle ne méritait pas que je lui brise un espoir quelconque. Je ne pus cependant ouvrir la gueule puisque la voix de Finwë brisa de nouveau le silence. Mon cœur rata un battement au moment où elle m’annonçait sans détour qu’elle avait déjà voulu tuer son propre sang par vengeance. Mon regard s’abaissa quelque instant vers l’herbe qui se trouvait entre mes pattes avant. Elle n’avait peut-être pas conscience mais m’avouer ce genre de choses étaient un risque pour elle …

Au bout de quelques instants de silence, je fini par relever les yeux vers elle. Je n’avais pas l’intention de parler pour le moment. Je sentais bien qu’elle n’avait pas terminer et ouvrir la gueule maintenant risquait de tout détruire. Ma langue vint caresser mes babines un court moment puis, alors que mes lèvres se sellait de nouveau, Fin’ reprit la parole dans un soupir. Ainsi donc elle avait appris de ses erreurs et elle avait changé ? Et bien grand bien cela pouvait lui faire car je savais que de mon côté c’était chose impossible. Trop de mal avait été commis pour que je puisse simplement changer ma vie. J’inspirai lentement pour tenter de faire disparaître cette colère qui tranquillement empoisonnait mon corps mais je dois avouer que ce n’était pas vraiment d’une grande aide. Le regard de la louve se dévia soudain mais j’eu le temps de percevoir dans ses iris acier de l’agacement. Je ne pus retenir un léger sourire. Elle en avait trop dit et elle le regrettait c’était évident. Je soupirai lentement puis mes lèvres se séparèrent enfin.

- Parfois, changer n’est pas chose possible …

Ma voix était calme mais je n’avais pu cacher le soupçon de froideur qui s’y était insinué. Mes muscles étaient tendus à leur maximum. Je n’avais envie que d’une chose c’était de lui prouver qu’elle avait tort mais je savais pertinemment qu’elle était plus forte que moi, elle me l’avait déjà démontré. Je repris la parole de nouveau, la colère prenait lentement sa place.

- Tu as su t’arrêter alors que moi non …

Ma voix se brisa mais je repris et la colère était perceptible dans mon ton de voix.

- Le regard de tout le monde change quand ils apprennent que mon premier meurtre … c’est celui de ma mère …

J’avais craché les paroles sans la moindre douceur. Maintenant elle connaissait le point tournant qui avait fait de ma vie l’enfer qu’il était aujourd’hui. Je ne pouvais plus rester immobile j’en avais marre. Ma colère bouillonnait en moi comme si j’avais laissé un volcan entré en irruption et je ne tentais même plus de me calmer. Mon échine s’hérissa quelque peu alors que je faisais un pas de côté. Cette louve ne méritait pas de savoir, elle ne méritait pas de me voir ainsi et pourtant elle avait ce spectacle devant les yeux. Je n’avais qu’une envie à cet instant et c’était de sentir le sang dans ma gueule, pouvoir me déchainer sur quelque chose de vivant pour pouvoir percevoir sa vie glisser vers le néant. Mon regard ambre disparu derrière mes paupières sombres alors que ma mâchoire se serrait brusquement. Le contrôle n’avait jamais été mon fort mais je tentais de résister à ce désir de barbare qui s’insinuait en moi. Je fis un autre pas de côté pour augmenter un peu la distance entre elle et moi. Son parfum était tout de même présent, mais au moins ainsi mes narines ne le percevaient pas aussi intensément. Mon cœur battait avec force, si fort que je l’entendais battre dans mes oreilles.

- Éloigne toi c’est mieux …

Ma voix était caverneuse et remplit d’une haine qu’il aurait presque été possible de toucher. J’avais articulé mes mots avec grande difficulté, mon corps tremblait de manière visible alors que je tentais tout en mon pouvoir pour ne pas lui sauter dessus. Je fini par ouvrir les yeux et mes prunelles ambré se posèrent de nouveau sur elle. Elle avait de nombreuses possibilités à ce moment précis. J’espérais seulement qu’elle ne me saute pas dessus. Je fis un autre pas de côté, continuant cependant de la fixée alors que je tentais par tous les moyens possible de retrouver mon calme.


Altruisme du Voyageur
FinwëAltruisme du Voyageur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 436Points : 428Age : 3 ans et demiSexe : FemelleRang : AlphaBlessure : Maladie : Détails blessures : CHOCS x3Dé & bonus possedé : 1 Bonus santé
6 dés de Chasse
2 dés de Pillage
Icone :

Mer 21 Nov - 12:28



Un parfum connu

Force : 100
Agilité : 100
Endurance : 100

Finwë & Asplénium

Un soupir la tira de son observation.
«Parfois, changer n’est pas chose possible … Tu as su t’arrêter alors que moi non …
La colère prit ensuite place dans la voix d'Asplénium.
-Le regard de tout le monde change quand ils apprennent que mon premier meurtre … c’est celui de ma mère …, cracha-t-il.
Le silence retomba. Finwë le fixait. Tandis que son visage ne laissait paraître aucune expression, son esprit s'agitait. Sa propre mère ... Elle en avait connu des loups qui avaient mis fin à la vie de leurs parents, pour des raisons plus ou moins justes. Elle en comprenait certains, bien qu'elle-même n'aurait jamais eu la force d'en venir à un tel acte. Mais elle n'était qu'une jeune louve perdue à l'époque où ses parents étaient morts. Bien loin de celle qu'elle était aujourd'hui. Sa mère, elle l'avait aimée plus que tout. Elle était restée à ses côtés pendant que la maladie l'emportait, et jusqu'à son dernier souffle alors que Reithkin l'avait abandonnée comme un lâche pour retrouver leur père. Finwë se demanda si elle aurait tenté de tuer son géniteur si elle l'avait connu. Elle savait que Reithkin l'avait rencontré, qu'il avait passé du temps avec lui, mais, contrairement à lui, la louve ne savait à quoi ressemblait le mâle. Une chose positive quand elle y songeait. Après tout il avait quitté sa compagne à la naissance de ses petits, l'avait laissée se débrouiller seule avec quatre louveteaux. C'était sa faute si deux étaient morts. Pas celle de sa mère qui avait tout fait pour eux. Et Finwë avait haït son père, de tout son cœur. Elle l'avait haït lorsqu'elle s'était tenue face au corps de sa mère, seule pour la toute première fois de sa vie, sans famille. Mais le tuer ? En aurait-elle été capable si elle l'avait croisé à ce moment-là ? Elle n'aurait jamais la réponse, et de son point de vue ce n'était pas si mal.
Le bras-droit émergea de ses pensée et secoua la tête. Elle n'avait définitivement pas prévu de remuer son passé lors de cette rencontre, mais c'était désormais chose faite. La louve fit le vide dans son esprit, chassant ses souvenirs pour se concentrer de nouveau sur l'instant présent.
-Éloigne toi c’est mieux …, gronda Asplénium.
La louve remarqué qu'il s'était redressé et se tenait désormais à plusieurs pas d'elle. Il fit un autre pas pour augmenter la distance qui les séparait, comme si il la ... craignait ? Pourtant ses paroles disaient le contraire. Finwë se redressa lentement. Une fois sur ses quatre pattes, elle s'ébroua avant de poser de nouveau son regard sur le mâle.
-Je ne te crains pas, et tu le sais. Tout comme je ne suis pas une menace pour toi tant que tu laisses ma meute tranquille., lança-t-elle.
Un air sombre s'afficha sur ses traits fins, tandis qu'une ombre envahissait ses pupilles.
-Je me fiche que tu ait tué ta mère, ou qui que ce soit. Cela ne me regarde pas. Tu avais peut-être une raison valable de faire cela, peut-être pas. Je ne me préoccupe que du présent et de l'avenir. Tu devrais en faire autant. Il n'est jamais bon de traîner avec les fantômes du passé.
Le solitaire n'avait probablement pas besoin de ses conseils, ni envie de les entendre, mais la louve les lui avait tout de même donnés. Pourquoi ? Elle n'en savait rien à vrai dire. Peut-être était-ce pour s'assurer non pas son amitié mais leur entente cordiale. Il n'était pas recommandé de se faire des ennemis lorsque l'on avait une meute à protéger.
-Ce que tu es ne dépend que de toi, ne l'oublie pas.», acheva-t-elle.


REIRA DE LIBRE GRAPH



Merci Nailah !:
 
Artifice du Dictateur
AspléniumArtifice du Dictateur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
18/100  (18/100)
Agilité:
12/100  (12/100)
Endurance:
12/100  (12/100)
avatar
Messages : 96Points : 198Age : 3 ansSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptômeDé & bonus possedé : 1 bonus anti-famine
+2 dés de Chasse Bonus
1 baie des neiges
1 Baie Cœur de Mer
Icone :

Ven 23 Nov - 7:23

Un parfum connu

ft. Asplénium & Finwë

F11 A6 E7

Mon corps tremblait avec force alors que je tentais de demeurer immobile. J’avais mis une distance sécuritaire entre Finwë et moi non pas pour ma protection mais pour m’éviter l’envie de lui sauter à la gorge. Ce désir en moi était si intense qu’une connaissance l’avait déjà comparé aux sentiments ressenti lorsque l’on croise enfin notre âme sœur. Je m’étais alors contenter de ricaner et par la suite je lui avais montré ce que ce désir donnait lorsque je libérais la tension. Mon regard ambré glissait sur la louve au moment où elle se mit en mouvement. Une contraction se fit dans mes muscles ce qui me fit bouger d’un pas supplémentaire mais dans sa direction. J’avais eu besoin d’une énorme dose de concentration pour éviter de lui bondir dessus. Mes iris avaient de nouveau été recouverts par mes paupières alors qu’un souffle s’échappait d’entre mes lèvres. Comme si mes poumons se vidaient complètement de leur substance. J’allais devoir relâcher cette tension, je n’avais pas le choix, j’étais ainsi fais et je savais bien que mes chances étaient mince mais peut-être que la mort serait rapide. Elle n’avait certainement pas un grade aussi élevé pour rien, elle devait être forte et savoir mettre à mort sans attendre. Je pu percevoir mes entrailles se torde violemment, au point où je du retenir un gémissement de douleur. Mes poumons quémandait leur oxygène, mon cerveau s’embrouillait sous la charge électrique qui lui parvenait sans cesse et soudain, plus rien. La voix de la louve me tira de mes sombres pensées. Mes paupières s’ouvrirent de nouveau et mon regard ambré se posa sur elle.

Malgré la claire démonstration d’une prévisible perte de contrôle, elle était restée là ? Mais en plus elle en venait même à tenter le diable en me mentionnant clairement qu’elle n’avait pas peur de moi et que je devais le savoir. C’était évident maintenant, impossible de le nier, elle était complètement folle. Mes muscles se détendirent quelques peu malgré tout. Mes tremblements s’atténuèrent avec douceur, au point où je pu recommencer à réfléchir correctement. Un sourire léger vint flotter sur mes lèvres. Ainsi donc je n’étais pas une menace tant que sa meute n’était pas en danger ? Elle devait être inconsciente de croire que je ne finirais pas par la mettre en danger. Je demeurai cependant silencieux car j’avais deviné à voir son regard qu’elle n’avait pas terminé. Et alors que sa voix s’élevait de nouveau, je me surpris à avaler ses paroles comme si c’était mon oxygène. C’était la toute première fois qu’un autre loup me parlait ainsi. Je détournai les yeux brièvement mais mes iris finirent par revenir se poser sur elle.

Elle donnait l’impression de vouloir m’offrir son aide en me donnant ce genre de conseil mais je savais que trop bien qu’au final elle souhaitait simplement protéger ceux qu’elle appelait sa famille. Je n’étais rien pour elle, simplement un petit moustique un peu collant dans sa longue vie remplit. Ce fut cependant au bout d’un long moment et même après que Finwë eu parlé de nouveau que je réalisai soudain que j’étais redevenu calme. Je devais pousser cette découverte plus loin. Lentement, très lentement, je me mis en mouvement pour m’approcher de la louve, je l’approchais sans dire le moindre mot, sans laisser échapper ne serait-ce qu’un indice sur ce que je comptais faire. Je testais ses paroles, j’étais comme cela je ne pouvais pas simplement écouter et apprendre. Je fini par m’arrêter alors que nos museaux se frôlaient presque. Je pouvais sentir sa respiration contre le pelage de mon visage. Mes prunelles ambré plongé dans les siennes, j’ouvris lentement les lèvres.

- Je serai toujours un danger … et même si tu dis ne pas avoir peur de moi … tu devrais.

Ma voix était calme, trop calme même pour moi. Je tentais de comprendre qui elle était et je n’y arrivais pas, ce qui me frustrais au final. Je fini par brisé cette proximité en reculant de deux ou trois pas, rétablissant cette distance confortable. Je demeurai cependant sur mes quatre pattes, j’ignorais si je devais rester ici ou non, je percevais une confiance qui n’aurait jamais dû naître. J’allais vraiment devoir redevenir un peu plus solitaire, je ne pouvais pas m’affaiblir ainsi. Ma voix résonna de nouveau dans le silence qui c’était installer.

- Je finirai par mettre en danger ta meute, que je le veuille ou non … et ce jour-là … tu causeras ma perte …

J’avais soufflé mes dernières paroles. Je détournai les yeux vers les environs, un petit groupe de papillons voletait avec douceur près d’un petit arbre en fleur. Je guettais une réaction de la part de Finwë, mais je ne pouvais me résoudre à la regarder.


Altruisme du Voyageur
FinwëAltruisme du Voyageur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 436Points : 428Age : 3 ans et demiSexe : FemelleRang : AlphaBlessure : Maladie : Détails blessures : CHOCS x3Dé & bonus possedé : 1 Bonus santé
6 dés de Chasse
2 dés de Pillage
Icone :

Lun 26 Nov - 16:34



Un parfum connu

Force : 100
Agilité : 100
Endurance : 100

Finwë & Asplénium

Les deux loups se fixaient, leurs regards se croisant sans animosité mais chacun empli d'une lueur différente. Puis Asplénium s'approcha. Finwë ne bougea pas d'un poil. Elle resta immobile tandis que le mâle s'avançait inexorablement vers elle. Ses muscles se tendirent dans l'éventualité d'une attaque, mais la chasseuse ne le fit pas voir. Alors que le solitaire s'arrêtait finalement, ils se trouvaient face à face, si proche que la louve pouvait distinguer chaque poil du visage de son interlocuteur. Il la testait. Et elle ne faillirait pas. Elle soutint son regard, l'acier de ses yeux luisant de détermination.  
«Je serai toujours un danger … et même si tu dis ne pas avoir peur de moi … tu devrais., souffla Asplénium.
La louve ne répondit rien tandis qu'il reculait de quelques pas, lui rendant de nouveau sa zone de confort. Elle avait déjà reçu des menaces. En avait déjà proféré aussi. Mais jamais elle n'avait fui devant celles-ci. Elle avait toujours affronté ses ennemis. Mais pourtant, malgré ses dernières paroles, malgré son tempérament plus que douteux, la louve argentée ne parvenait pas à considérer Asplénium comme un ennemi. Du moins, pas pour l'instant. Le solitaire cachait quelque chose derrière cette agressivité passive, qu'elle n'arrivait pas à cerner. Et c'était la raison pour laquelle elle n'avait pas peur de lui. Elle avait cette intuition qui lui murmurait qu'il se dissimulait derrière une façade, qu'il ne lui révélait pas sa véritable nature. Et aussi curieux que cela puisse être, Finwë sentait l'envie de découvrir cette nature. Après tout, elle aussi avait été une solitaire perdue autrefois. Et sans l'aide des Navnik, qui sait ce qu'elle serait devenue aujourd'hui ?
-Je finirai par mettre en danger ta meute, que je le veuille ou non … et ce jour-là … tu causeras ma perte …, l'interrompit Asplénium.
Il évitait désormais de la regarder, dirigeant son regard dans n'importe quelle direction tant qu'il ne s'agissait pas de la sienne. Et c'est ce qui conforta la pensée de Finwë. Elle avait raison. Si il avait vraiment été celui qu'il laissait paraître aux yeux de tous, il serait actuellement en train de la fixer, d'appuyer ses paroles. Hors son regard fuyant indiquait tout le contraire.
-Tu as raison., lâcha-t-elle. Si tu te révèles être un danger pour les Inkyva, je te tuerai.
Elle leva les yeux pour observer le passage d'un rapace. Puis les baissa de nouveau, avant de faire quelques pas en direction des terres de sa meute. Finwë s'arrêta, fixant ses pattes un instant, songeant à ce qu'elle allait dire. Puis elle se retourna une dernière fois vers Asplénium.
-Mais je suis sûre que tu es assez intelligent pour ne pas t'y risquer. Je me trompes ?», questionna-t-elle avec un léger sourire.
Puis, sans un mot de plus, elle reprit sa route, laissant derrière elle le solitaire au pelage noir seul. Et malgré le fait qu'elle l'ait averti, elle avait le pressentiment que ce n'était pas la dernière fois qu'elle voyait le mâle.  


REIRA DE LIBRE GRAPH



Merci Nailah !:
 
Artifice du Dictateur
AspléniumArtifice du Dictateur
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
18/100  (18/100)
Agilité:
12/100  (12/100)
Endurance:
12/100  (12/100)
avatar
Messages : 96Points : 198Age : 3 ansSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptômeDé & bonus possedé : 1 bonus anti-famine
+2 dés de Chasse Bonus
1 baie des neiges
1 Baie Cœur de Mer
Icone :

Mer 12 Déc - 7:09

Un parfum connu

ft. Asplénium & Finwë

F11 A6 E7

Je l’observais en silence alors que je m’apprêtais à ouvrir les lèvres pour lui mentionner que peu importe ce que je voulais, je finirais par mettre sa meute en danger et que donc au final, elle finirait par devoir se débarrasser de moi. C’était plutôt direct de dire ce genre de chose, mais je n’en avais rien à faire de ce qu’elle pouvait penser de moi au final. Je n’avais cependant pas été stupide au point de lui dire cela alors que je me trouvais trop près d’elle. Notre proximité m’avait déplu comme chaque fois que je me retrouvais près d’un autre représentant de mon espèce. Suite à mes paroles sombres, j’avais préféré observer les alentours, non pas que mes paroles n’étaient pas véridiques, seulement Finwë était une louve intelligente et si mon regard ambré avait croisé l’acier de ses pupilles à cet instant précis, elle aurait compris malgré toute la bonne volonté qu’elle voulait me porter, que mes paroles étaient remplies de sincérité. Je vivais avec moi-même depuis suffisamment longtemps pour savoir que j’étais un danger énorme pour tous ceux ou celles qui passaient trop de temps près de moi. Une malédiction en quelque sorte. Ce fut sa voix qui me ramena à la réalité, entre mes paroles et ce court moment de silence, mes pensées avaient commencé à divaguer vers des contrées lointaines. Mon regard avait retrouvé la grisaille de son iris alors qu’elle me confirmait que j’avais raison. Cet aveu m’arracha malgré moi un léger sourire amusé.

Notre contact visuel se brisa un moment alors qu’elle levait les yeux au ciel, mon regard suivit le sien. Percevant le vol gracieux et silencieux d’un rapace qui passait dans les environs. Ma tête finit par reprendre sa position initiale, mon regard revenant sur la louve tricolore alors que cette dernière augmentait légèrement l’espace entre eux. Le silence demeurait parfait entre nous, je n’avais pas l’intention de lui parler par rapport à cette confirmation de meurtre. Son mouvement cessa cependant au moment ou sa tête pivota une nouvelle fois sur moi. Sa voix était calme et cette phrase se termina par une question. Je ne pus cependant avoir le plaisir de lui répondre, car ce fut à ce moment que la louve s’éloigna, brisant notre contact et mettant ainsi un terme à notre rencontre. Mon regard ambré demeura sur l’endroit où elle avait disparu un léger moment après son départ puis ma voix s’éleva à son tour.


- Je ne parierai pas là-dessus …

Puis, sans plus, je me détournai à mon tour et mes muscles se détendirent violemment, me lançant dans une course rapide. Je ne savais pas où j’allais, mais je finirais bien par le savoir. Une impression demeurait cependant, nos routes allaient se croiser de nouveau, j’en étais certain.

FIN


Contenu sponsorisé

Un parfum connu - PV Finwë