V2
 
Derniers sujets
» 16 Décembre
Aujourd'hui à 14:01 par Nilaya

» Thunder ♀ - 4 mois - Solitaire [LIBRE]
Aujourd'hui à 0:11 par Destin

» Sonveen ♂ - 2 ans - Solitaire [LIBRE]
Aujourd'hui à 0:03 par Destin

» 15 Décembre
Aujourd'hui à 0:00 par Destin

» Présentation de Meliodas
Hier à 20:24 par Meliodas

» Présentation de Tekoa
Hier à 20:04 par Finwë

» SLAP YOUR MAMA [PV]
Hier à 19:26 par Cersei

» Silver mirror - feat Cersei
Hier à 18:25 par Cersei

» 14 Décembre
Hier à 0:01 par Destin


Silence du Virtuose (Pv Sonveen)

Silence Illusoire
ActéonSilence Illusoire
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
36/100  (36/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
61/100  (61/100)
avatar
Messages : 414Points : 495Age : 1 anSexe : MâleRang : PrédateurBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptôme Dé & bonus possedé : 0 bonus santéIcone :

Sam 6 Oct - 16:58
32/30/54


L’automne. C’est la saison des amours chez les cerfs. Et là où on entends le bram du cerf, il y avait de la nourriture. C’était élémentaire. La femelle du cerf s’appelle la biche. Et certaine biches ne sont pas ponctuelles. Malheureusement, quand on est un herbivore, être un retardataire peut-être fatal. Vif comme le serpent et silencieux comme le vol du rapace nocturne, Actéon se jette sur son gibier et plante ses crocs cruelles dans la nuque de l’animal. Tel un Grahyèna, il ne lâche pas la proie, le goût du sang chatouille ses papilles situés sur sa langue, le rendant encore plus tenace à la mise à mort de l’animal.
On entendait les gémissements. Puis plus rien.


Sans s’en apercevoir, le loup s’était éloigné de son territoire et avait atterri dans la clairière des papillons. Ces petites créatures rendaient les arbres bleues et dès que la traque s’était terminée, ils voltèrent dans les airs de nouveau, ressemblant à une brise bleuté. Les babines couvert de son, l’imposant Actéon s’allonge sur le sol et laisse l’une de ses créatures se poser sur son museau. Etait-ce le même que la dernière fois ? Il avait l’air de beaucoup l’aimer. Et lui, ça l’amusait de le voir sur son nez lupin. Il pouvait passer des heures à le regarder.


Là où il y a quelqu’un d’heureux, il pouvait y avoir quelqu’un de malheureux, à peine à quelques centaines de mètres. Actéon était repu et chassait pour la réserve déjà bien garni de sa meute, alors qu’un loup inconnu mourrait de faim. Le loup tricolore avait une famille et même deux magnifiques progéniture, un loup inconnu venait de perdre des membres qui lui étaient précieux.

La vie est d’une ironie insolente.



Merci Reira pour le kit ! 
InvitéInvité
avatar

Dim 7 Oct - 16:49
Silence du virtuose
Il avait recommencé à marcher quelques heures après avoir avalé son maigre repas de la veille ; il n’aimait vraiment pas ça marcher le ventre vide. Il sentait ses entrailles se serrer et grogner doucement ; à chaque fois, ça le surprenait. Il pensait entendre un loup, espérait qu’il s’agissait de son jumeau, faisait volte-face et découvrait que ce n’était rien de plus que son bide. C’était rageant — Probablement stupide et naïf, aussi, mais avant tout frustrant. Il bougeait à un rythme lent, traînant les pattes et jetant des regards mauvais aux paysages qui se bousculaient sans réellement changer.

Cependant, une longue plainte résonna dans l’air et titilla ses oreilles. Les orbites écarquillés et l’œil hagard, le môme cherchait la provenance des sons engageants. Il n’avait sûrement jamais été aussi heureux d’entendre à nouveau le brame des cerfs et les réponses allumeuses des femelles en chaleur. Elle signalait sa position, sans doute prête pour l’accouplement. Se laissant guider par les invitations - qui en étaient aussi pour lui qui avait foutrement faim - le jeune mâle glissa dans la végétation. Le sol meuble absorbait le bruit de ses pas et le vent camouflait merveilleusement son odeur ; à croire que Mère Nature était de son côté. Pour une fois.
La bête gracile en vue, il se précipitait sur elle en quelques bonds sans vomir le moindre grondement. Il n’était pas question de la prévenir ou de lui laisser la plus petite chance de le fuir — Sauf qu’il n’avait évidemment pas gagné en talent en une poignée d’heures. Il était toujours aussi nul que la veille, ce qui précipita sûrement sa chute.

Elle galopait, la proie. Elle courait à toute vitesse alors qu’il n’avait qu’écorché sa croupe qui sanguinolait. Il rageait intérieurement, se dépêchant sur les talons de la biche furieuse. Parfois, l’écart se dissipait. De temps en temps, elle le distançait à nouveau ; quand elle le faisait, il exhalait un cri rageur et redoublait d’allure malgré les protestations douloureuses de ses muscles. Ses poumons s’écrasaient violemment contre ses côtes et ses lèvres crachaient des halètements effrénés. Il était déjà à bout de souffle mais continuait désespérément.
Jusqu’à ce que le drame se produise.

Alors qu’il avait encore accéléré, la biche pila d’un coup d’un seul face à une pente qui s’inclinait dangereusement. Dans son élan, Sonveen percutait les pattes fines de la biche qui s’effondrait dans le vide en même temps que lui. Suivaient alors un nombre incalculable de roulades et de gémissements quand la végétation lui arracha des poils et de la peau, et même des jappements de souffrance à l’état pur lorsque la biche avait le malheur de l’écraser.
Arrivés en bas, lui à moitié en-dessous d’elle et elle perdue au point d’essayer de se relever pour le piétiner. Il vociférait doucement d’une voix grave, émettant des avertissements et donnant des coups de crocs dans l’encolure à chaque fois qu’elle lui donnait un coup ; on ne les démêlait plus.

Poussant, mordant et râlant, le gosse réussissait finalement à se dégager et à s’éloigner en claudiquant — Il serrait les dents pour ne pas pleurer et ne pas hurler de colère. La biche se releva dans la foulée et décampa, toute abîmée par ses canines acérées mais bien vivante. Non seulement il avait échoué, mais en plus il était couvert de contusions.
Un juron coloré menaça de fuir de sa bouche qu’il gardait fermée à clé. Il remarqua à ce moment précis qu’il avait atterri dans une clairière pleine d’arbres bleus et qu’un loup trônait là. Au mauvais endroit et au mauvais moment. L’humiliation était telle que le jeune mâle coucha les oreilles sur le crâne et hérissa le poil.

- Qu’est-ce que tu regardes, toi ?!

Voilà, journée de merde.


Dernière édition par Sonveen le Ven 12 Oct - 13:53, édité 2 fois
Silence Illusoire
ActéonSilence Illusoire
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
36/100  (36/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
61/100  (61/100)
avatar
Messages : 414Points : 495Age : 1 anSexe : MâleRang : PrédateurBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptôme Dé & bonus possedé : 0 bonus santéIcone :

Ven 12 Oct - 12:41
Un piètre chasseur qui vient de perdre son gibier.


Quand Actéon ouvrait la bouche, il ne manquait jamais de répartie. Il ne connaissait pas l’individu qui venait de se rétamer par terre et de laisser une biche s’enfuir, non sans que cette dernière lui donne quelques menues coup de sabot dans la gueule.


Le papillon qui s’amusait avec la truffe d’Actéon décida de se placer près de son oreille, offrant un petit déguisement naturel qui ferait fureur dans la mignonnerie. Pour un loup aussi moche, cela faisait contraste, mais là n’était point la discussion du jour. L’imposant loup se lève. Mesure de précaution, l’autre semblait un peu sur l'offensive et, même si c’était un congénère d’espèce, il restait inconnu à la meute et l’on dit que certains solitaires étaient agressifs.


Enfin, celui-là ne semblait pas représenter une grande menace. Il était tout maigrichon et son talent pour la chasse n’était plus à démontrer. Ce n’était pas un jugement : c’était un simple constat.


Je n’ai aucune hostilité envers toi loup. J’ai eu ce que je souhaitais, mais si vous vous montrez encore menaçant, je n’aurais d’autres choix que de prendre l'initiative pour me défendre.


Oh ba, une belle biche à peine chasser , c’était un véritable don pour la meute. Et une fontaine de jouvence pour un loup solitaire, mais il fallait quelques mois de chasse intensive pour traquer correctement ce genre de proie. Ce que le solitaire semblait manquer.

(désolé, c’est court :sob:)



Merci Reira pour le kit ! 


Dernière édition par Actéon le Sam 13 Oct - 11:28, édité 1 fois
InvitéInvité
avatar

Ven 12 Oct - 13:54
Silence du virtuose
- Un piètre chasseur qui vient de perdre sa proie.

Le jeune mâle ricana tout bas, jugeant sans doute la situation comique. Il venait de se faire laminer par une biche sous les yeux d’un loup gras et insolent ; ce même loup qui n’avait pas esquissé le plus petit geste pour l’aider. Il était sacrément gonflé pour l’ouvrir, celui-là. Ses poils retombèrent sur sa nuque et ses crocs retournèrent se planquer sous ses babines — Pas que l’autre lui faisait peur, non, loin de là. Il estimait seulement qu’il ne valait pas la peine qu’il se blesse un peu plus à lui prouver qu’il n’était pas un si mauvais chasseur que ça.
Sonveen haussait les épaules avec désinvolture et nonchalance, la tête haute et l’œil torve. Si son congénère avait décidé d’être arrogant et d’exhiber sa proie - sûrement obtenue par une quelconque triche - il pouvait bien en faire autant. C’était lui le roi du dédain, après tout ; pas l’autre avec son gros derrière.

Content de ses propres pensées, le gosse s’asseya sans prendre garde à l’avertissement du loup de meute (il n’y avait qu’un loup de clan pour avoir si peu de compassion pour les autres et une odeur pareille) et commença à nettoyer les blessures qu’il pouvait atteindre. Elles n’étaient pas très profondes mais la chair à vif était susceptible de s’infecter à tout moment. Il lâchait le mâle du regard, presque comme s’il cherchait à lui faire comprendre que Sonveen ne le considérait pas assez fort pour représenter une menace réelle. C’était idiot, il le regretterait probablement si le loup le prenait mal, mais c’était de Sonveen dont il était question.
Les conséquences, il s’en foutait pas mal.

- Et comment est-ce qu’il s’y prend, monsieur je-sais-tout quand il veut choper l’une de ces dames effarouchées sans bouffer ses sabots, hein ? Est-ce qu’il a un nom, au moins, monsieur je-sais-tout ?

Tout en s’exprimant, il arrêtait ses soins sommaires pour ancrer deux prunelles intéressées sur la silhouette trapue. Là, ainsi installé sur ses postérieurs, il avait l’air d’un adolescent écoutant avec une attention toute subjective son mentor relou.
Silence Illusoire
ActéonSilence Illusoire
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
36/100  (36/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
61/100  (61/100)
avatar
Messages : 414Points : 495Age : 1 anSexe : MâleRang : PrédateurBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptôme Dé & bonus possedé : 0 bonus santéIcone :

Sam 13 Oct - 11:41
Le solitaire passa de l’agressivité excédé à une nonchalance insolente. Actéon n’en prenait pas compte, il n’avait pas un égo surdimensionnée et il se contentait de faire ce qu’il avait à faire. De toute façon, son enfance n’avait pas été baignée dans les compliments, mais dans le travail acharné.

Le loup s’allongea donc de nouveau et le papillon revint se mettre sur le bout de son museau. Il l’observa quelques instants avant que son regard ne voit au loin le solitaire en train de nettoyer ses blessures causée par la biche. Quelle tristesse, mais ce n’était pas l’animal le plus amical non plus, alors sans doute s’en remettrait-il.

Soudain, voilà que le solitaire reparle avec le plus grand des respects (non),surnommant Actéon ‘’monsieur-Je-sais-tout.” C’était un peu présomptueux de l’appeler de la sorte, c’était certes un excellent chasseur, mais de là à dire qu’il avait la science infuse. Le loup secoua la tête pour faire partir le papillon, puis il analysa le solitaire un instant.

Vous ne pouvez pas.
Vous manquez de muscles, de souplesse et vos pattes sont encore trop faibles pour chasser un si gros gibier.
Vous manquez d’expériences et c’est pour ça que votre traque s’est soldé par un échec.

Motivational Speaker. La vérité pouvait faire mal à entendre, mais elle avait le mérite de mettre les choses aux claires. Cependant, Actéon n’était pas un ingrat et il donna une petite astuce gratuite.

Mais, je vais essayer de vous montrer.




--- Lancé de dés. Utilisation de la compétence : terrible prédateur ---


Choix pour ici : le félin.




Actéon se leva et soudain s’immobilisa. Il y avait quelque chose qui les espionnait et le vent venait d’apporter son odeur. Passant en mode loup chasseur, Actéon commença à observer l’environnement et un mouvement brusque attira son attention. Par réflexe, le traqueur bondit sur le côté, évitant les griffes du Lynx.  L’animal aux oreilles pointus et aux extrémités acérés avait été attirée par l’odeur du sang et n’avait pas vu en Actéon ou dans l’autre loup un potentiel danger. Il pensait sans doute pouvoir triompher et prendre la biche qui ne se trouvait à côté d’eux.

Le gros loup tricolore commença à grogner et le Lynx à feuler. Ils se tournèrent autour un petit instant avant que le félin ne commence la première attaque. De nouveau, Actéon, sauta sur le côté, mais il enchaîna ensuite avec un autre bond pour donner un bon coup de croc sur le flanc. Un feulement de douleur et de rage se fit entendre et Actéon recula de nouveau, les babines ensanglantés.

Une nouvelle attaque. Un nouveau bond, mais cette fois, le félin s’y attendait. Mais Actéon aussi. Il anticipait son adversaire et fit quelque chose de peu commun. Il s’était éloigné, avait pris appuie sur le cadavre de la biche et se retrouva sur le dos du Lynx, le mordant aisément au niveau de la nuque. Les crocs s'enfoncèrent dans la chaire tendre et le poids d’Actéon maintint le Lynx au sol qui avait du mal à se débattre. Le loup secoua la tête pour blesser d’avantage sa proie et attendit que le dernier souffle de vie de l’animal s’en va définitivement.

Actéon relâcha sa proie et la regarda. Avant de soupirer. Il n'allait pas pouvoir montrer comment il faisait pour chasser la biche à l'autre loup.

Il y a des prédateurs qui rodent, je ne peux pas laisser mes proies sans surveillance, je risquerais de me les faire voler.
Néanmoins, si j’ai un conseil à vous donner : viser les endroits fragiles. Les flancs, la nuque. La mise à mort est plus rapide et c’est beaucoup moins risqué pour soi.

Le loup attrapa le prédateur mort, le souleva et l’empila avec l’autre biche. Il allait par contre avoir trop de mal à ramener les deux en même temps. Peut-être devrait-il demander de l’aide à l’un de sa meute qui trainait dans les parages ? Mais étant en territoire neutre, il risquerait de s’attirer d’autres solitaires affamés sur le dos.


Et si je puis me permettre une astuce : contentez-vous de chasser des proies plus petites pour l’instant, le temps d’acquérir de l’expérience.
Je sens qu’il y a des petites bêtes dans le coin, probablement des rongeurs.
Votre estomac sera certes moins satisfait, mais votre chasse sera plus fructueuse.



Merci Reira pour le kit ! 


Dernière édition par Actéon le Sam 13 Oct - 12:08, édité 4 fois
Maître du jeu
DestinMaître du jeu
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 1645Points : 3506Age : Immortel Sexe : unisexeRang : DivinitéBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucune blessures/maladiesDé & bonus possedé : InfiniIcone :

Sam 13 Oct - 11:41
Le membre 'Actéon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé Chasse 51-75' :


--------------------------------

#2 'Dé Chasse 51-75' :
InvitéInvité
avatar

Sam 13 Oct - 12:14
Silence du virtuose
L’autre réagissait à peine. Il provoquait, pourtant. Il essayait de titiller ce qu’il y avait en lui de viril, de sensible et de susceptible. Ça ne marcha pas du tout et le jeune mâle en sembla déçu. Ce qui l’étonnait le plus, néanmoins, ce n’était pas tellement l’inexpressivité de son congénère ; c’était surtout son indifférence vis-à-vis des papillons bleus qui lui chiaient sur la tronche. Ça, il devait le reconnaître, c’était faire preuve d’un sang-froid à toute épreuve. Il ne supportait pas ces petites bestioles bizarres, elles étaient jolies de loin mais de près, ça avait l’air d’une mouche avec des ailes plus grandes. Leurs petites trompes chatouillaient la peau et leurs gros yeux globuleux vous épiaient comme s’ils s’apprêtaient à vous tuer.
Bref, il n’aimait pas les papillons. Il réprima sincèrement l’envie de chasser celui qui reposait sur le museau du mâle toujours sans nom.
Tant pis, il restera monsieur je-sais-tout.

Il guetta l’insecte qui s’envola soudainement, repoussé par son perchoir vivant qui devait en avoir marre. Le jeune garçon reposait ses prunelles dorées sur son congénère, intrigué. Il était si calme que c’était difficile de deviner à quoi il pensait ;

- Vous ne pouvez pas. Vous manquez de muscles, de souplesse et vos pattes sont encore trop faibles pour chasser un si gros gibier. Vous manquez d’expérience et c’est pour ça que votre traque s’est soldée par un échec.

Étonnamment, Sonveen se contenta de plisser les cils en signe de concentration et d’intérêt réel. Il ne se formalisa pas plus que nécessaire des paroles du vieux congénère, et les trouva même moins insultantes que celles formulées précédemment ; il avait au moins le mérite de lui expliquer d’où venaient les problèmes qu’il rencontrait, et lui passait - en quelque sorte - de la crème dans le dos en sous-entendant que c’était un souci éphémère qu’il pouvait régler en s’appliquant et en s’entraînant.
Il garda bien entendu les conseils en mémoire — S’il jouait souvent au sourd pour agacer ses interlocuteurs, l’insolent était un meilleur élève qu’il ne le laissait paraître. Quand l’autre suggéra de lui montrer, Sonveen écarquilla les yeux mais hocha simplement la tête en se reprenant à la va-vite. Il ne s’attendait pas à ce qu’on lui fasse une démonstration gratuite. Non, les autres loups avaient souvent mieux à foutre pour occuper leurs journées.

Attentif, le môme lançait des œillades aux mêmes endroits que son congénère, espérant voir ce que lui voyait ; il ne remarquait cependant rien d’anormal, ce qui lui donna droit à une bonne frayeur à la seconde où le lynx émergeait des fourrés. Les billes exhorbitées et le cœur battant la chamade, il se reculait de quelques pas en espérant de toute son âme être oublié par la teigne — S’il y avait une chose qu’il aimait encore moins que les papillons, c’était bien les félins. Ils sentaient mauvais comme une vieille charogne, était aussi opportunistes qu’agressifs et leurs griffes étaient démesurées.

Il s’attendait à ce que le second mâle se barre en laissant son butin de chasse à la bête enragée, mais il n’y songea sûrement même pas. Au contraire, il se lança aveuglément dans la mêlée. Tout troublé, Sonveen reluquait l’échange des coups en esquissant des grimaces à chaque fois que le lynx feignait d’atteindre un bout du corps du loup.

- Il y a des prédateurs qui rôdent, je ne peux pas laisser mes proies sans surveillance, je risquerais de me les faire voler. Néanmoins, si j’ai un conseil à vous donner : viser les endroits fragiles. Les flancs, la nuque. La mise à mort est plus rapide et c’est beaucoup moins risqué pour soi.

Campé sur ses quatre pattes (il s’était relevé sans s’en rendre compte au cours de l’affrontement) Sonveen sentait ses muscles se détendre peu à peu. Ils s’étaient tous bandés brutalement, se préparant probablement à entrer à son tour dans le combat si jamais l’autre mâle était en détresse. Il hocha la tête tardivement suite aux conseils si généreusement donné, et s’étonna de n’y avoir pas pensé avant. Bien sûr, il avait gardé l’habitude de son père d’achever les proies à la gorge mais il n’avait jamais su pourquoi il le faisait ; c’était comme ça et rien d’autre.

- Et si je puis me permettre une astuce : contentez-vous de chasser des proies plus petites pour l’instant, le temps d’acquérir de l’expérience. Je sens qu’il y a des petites bêtes dans le coin, probablement des rongeurs. Votre estomac sera certes moins satisfait, mais votre chasse sera plus fructueuse.

Il acquiesça de nouveau. Il n’y avait plus aucune trace d’arrogance dans l’attitude du jeune mâle, seulement une profonde curiosité et une espèce de masque de nonchalance qu’il peinait à maintenir sur son front. Il était excité par toutes ces choses expliquées et n’avait qu’une envie : les mettre à exécution.
Il se fréna cependant. Ce n’était pas encore tout à fait le moment. Les vouvoiements de l’autre le perturbaient ; il n’aimait pas utiliser un langage si formel, aussi décida-t-il de continuer à le tutoyer en retour. Peut-être qu’il finirait par s’y mettre également. Ou pas.

- Tu vas réussir à les ramener chez toi tous les deux ? Nous on les enterre mais on chope des trucs minuscules donc c’est forcément plus facile à cacher. Je t’aiderai à les porter jusqu’aux frontières, sinon. En échange du coup de pouce, j’entends.

Il leva les yeux au ciel, redoutant un refus. C’était difficile d’avoir confiance en quelqu’un qui n’avait ni famille, ni meute, ni attaches.

- Je ne volerai évidemment rien, hein. Mon père m’a bien élevé… Il a essayé, en tout cas.

Sonveen ricana du nez à cette pensée. Son père lui manquait beaucoup ; encore plus son visage qui se tordait quand il essayait d’être en colère contre lui quand il avait fait une bêtise mais qu’il n’y parvenait pas.

- Tu n’as qu’à piquer un somme, vieux croûton ! Je vais appliquer tes astuces tout de suite. Si j’échoue, tu devras me donner la bête à crocs en guise de réparation.

Il piaffa une seconde ou deux sur place, un grand sourire goguenard sur les lèvres, avant de s’enfoncer dans les fourrés en quelques bonds. Il avait l’impression de retomber en enfance — ça ressemblait à s’y méprendre aux cours de chasse dispensés par son père, et ça lui plaisait un peu. Une fois un peu éloigné de la clairière où les papillons étaient amoncelés, Sonveen chercha des odeurs familières. N’importe laquelle, à vrai dire. Il cherchait seulement celles qu’il pouvait atteindre et tirait un trait sur celles qui appartenaient à des animaux trop imposants. Adieu les biches et les cerfs. Accuser le coup lui faisait mal, certes, mais il comprenait.

Il courait, mais en rond. Il ne s’éloignait pas trop de là d’où il venait, sans doute par crainte que l’étranger n’en profite pour se sauver. Le jeune mâle dégota finalement les traces d’un oiseau qu’il connaissait plus par son apparence que par son nom ; c’était une petite poule d’eau que l’on trouvait près des rivières et qui nichait à côté de celles-là. Décidé à rentrer les pattes pleines, il se pressa silencieusement dans la direction concernée. Il esquivait soigneusement les arbres et leurs racines noueuses, évitait les nuées de moustiques qui en avaient après son sang et atteignait enfin la zone. Une fois proche, il se tapissait dans la végétation et avançait à plat ventre.
Les oreilles dressées, il pouvait les entendre se battre - probablement deux mâles territoriaux - et l’eau clapoter à chaque fois qu’ils retombaient à la surface. Il les laissa s’épuiser une minute ou deux, avant de jaillir dans un saut. Son corps frappa l’onde de plein fouet. Les deux volatiles s’échappèrent, mais ils étaient lents et progressaient sur la terre ferme ; un milieu où lui était maître. Il se dépêcha sur les talons de la plus grasse des deux et l’emmena là où il voulait — Ses mouvements n’étaient qu’une succession d’accélérations et d’arrêts brutaux, de feintes pour la pousser à droite, puis à gauche, et de petits sauts pour l’effaroucher. Il trouvait ça marrant, en plus.

Une fois lassé de faire mumuse avec l’oiseau qui criait et s’insurgeait, le jeune mâle se glissa jusqu’à elle d’un bond félin et la bloqua entre ses grandes pattes. Il ne lui resta plus qu’à la cueillir et à l’achever. Il l’attrapa doucement à la nuque et la secoua d’un coup violent pour la briser sans douleur ; désormais satisfait, il reprenait la route vers la clairière. Une idée germa cependant dans son esprit à mesure qu’il se rapprochait en trottinant gaiement — Pourquoi ne pas utiliser sa proie pour attirer un charognard opportuniste ? Content de sa réflexion, il tailla un petit trou dans la bestiole pour que l’odeur du sang se répande dans les environs. Il chercha soigneusement un endroit propice à une embuscade, abandonna la poule d’eau sur un monticule de terre et se cacha face au vent.

Un rat pointa bientôt le bout de son museau humide et s’imprégna longuement de l’air. Il n’y trouva rien d’étrange et s’approcha donc, sans doute occupé par l’idée qu’il allait faire un festin. C’était sans compter sur Sonveen qui fondit sur lui dès qu’il s’approcha du volatile. Dans son élan, le jeune mâle écrasa involontairement la petite chose dont les os craquèrent. Il grimaçait, s’excusant mentalement auprès de l’animal qui avait dû souffrir en partant.
Triomphal, le gamin rejoignait finalement le mâle plus âgé avec un grand sourire sur la tronche.

- Ça a marché ! qu’il s’exclamait avec ses proies dans la gueule. Il lâcha son butin sur le sol avec un soin approximatif. Il faudra vraiment que tu me montres comment on chasse la biche un jour !

Sa queue s’agitait de gauche à droite, exprimant là sa fierté et sa joie d’avoir réussi à appliquer des enseignements somme toute basiques.


Dernière édition par Sonveen le Sam 13 Oct - 14:12, édité 1 fois
Maître du jeu
DestinMaître du jeu
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 1645Points : 3506Age : Immortel Sexe : unisexeRang : DivinitéBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucune blessures/maladiesDé & bonus possedé : InfiniIcone :

Sam 13 Oct - 12:14
Le membre 'Sonveen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé Chasse 0-25' :
Silence Illusoire
ActéonSilence Illusoire
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
36/100  (36/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
61/100  (61/100)
avatar
Messages : 414Points : 495Age : 1 anSexe : MâleRang : PrédateurBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptôme Dé & bonus possedé : 0 bonus santéIcone :

Dim 21 Oct - 8:59
La proposition du mâle pour l’aider à transporter les proies qu’Actéon venait de chasser surpris un peu le loup. Lui avec qui leur début avait si mal commencé, voilà qu’il s’était adoucit après des explications sur la chasse et une démonstration avec un félin. Peut-être qu’il n’avait pas un si mauvais fond ?


Votre aide est la bienvenue et je ne doutais point de votre sincérité.


Le solitaire décida d’appliquer ses conseils… En traitant d’Actéon de vieux. Il ne l’était pas pourtant, il sortait à peine de sa formation et il avait un an et demi à tout casser. Mais son comportement et sa manière de parler pouvait peut-être en tromper plus d’un. Actéon s’allongea et attendit le résultat de la chasse.


Jouant de nouveau avec le papillon de tout à l’heure, le loup tricolore n’entendit pas le temps passé et seul le bruit du solitaire le réveilla. Et, même si son visage restait impassible, il était content que l’autre solitaire avait trouvé de quoi grailler. Et deux proies en même temps ? C’était pas mal.


Mon coeur est en liesse de vous voir triomphant.
Et je jure que je vous montrerais comment chasser la biche, mais pas aujourd’hui. Je dois ramener mes gibiers aux gardes manger.


Actéon se relève de nouveau et plante ses crocs dans la biche. Il laissait le félin, animal un peu léger à transporter, au solitaire.


Pourquoi ne pas nous retrouver demain à cet endroit ?
Je n’ai pas encore d’apprenti et on trouve du gibier en abondance par ici. Ce serait idéal pour vous montrer.


Peut-être qu’Actéon serait un bon formateur, après tout. Et peut-être même qu’il aimait montrer comment chasser à d’autres loups.



Merci Reira pour le kit ! 
Maître du jeu
DestinMaître du jeu
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 1645Points : 3506Age : Immortel Sexe : unisexeRang : DivinitéBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucune blessures/maladiesDé & bonus possedé : InfiniIcone :

Mer 24 Oct - 17:01
Un événement inattendu ...


Actéon et Sonveen, alors que vous chasser, fière de vos proies récemment eu vous marcher de façon plus détendu jusqu'a entendre un "clack" c'était un piège humain.

Le mécanisme semble attraper votre patte arrière et vous empêche de vous déplacer.

Vous pouvez lancé un dé expédition pour savoir si vous sortez de ce piège ou non. Je reviendrais après vos dé.
InvitéInvité
avatar

Jeu 25 Oct - 11:54
Silence du virtuose
Si Sonveen n’avait pas été si content du résultat de sa chasse, il se serait sans doute moqué de la façon de parler de son congénère ; mais il était heureux, alors il passa au-dessus. Sa queue bougeait simplement de gauche à droite et son visage s’illuminait d’un doux air dédaigneux et fier — Ça ne lui arrivait pas tous les jours de réussir une pareille prouesse ! D’habitude, il devait attendre que Mère Nature le prenne en pitié et fasse mourir quelques petites bêtes sous son nez. Bien décidé à aider son nouveau camarade - pour lequel il prenait soudainement une grande estime - le jeune mâle considéra ses propres proies et les enterra à la va-vite. Il s’appliqua à marquer ensuite la terre remuée pour mettre en garde quiconque voudra s’approcher de son repas.
Cela engagé, il se dépêcha auprès de la carcasse du félin pour la saisir entre les crocs. L’autre mâle décida néanmoins de reprendre la conversation avant de se mettre en route. Sonveen hésita, songea un moment aux conseils précédemment donnés et à ses blessures. Chasser un si gros gibier dès le lendemain lui semblait être encore plus risqué pour sa peau que de se jeter dans un ravin. Il haussa les épaules avec désinvolture, préférant cacher ses inquiétudes plutôt que de les exprimer.

- Je vais m’entraîner d’abord pour gagner en force et en endurance ! Je n’oublierai pas ta tronche de si tôt, va. Je viendrai te chercher près de chez toi quand je penserai être prêt.

Sur ce, il claqua sa langue en bombant le poitrail, essayant de se donner de la constance et de prouver qu’il était volontaire et plein de bonne foi. Aussitôt piaillé, il récupéra le félin mort et commença à le porter. Son allure était comique. L’animal était aussi large et long pour l’obliger à sautiller et esquisser de petits bonds pour qu’il ne traîne pas trop par terre. Ils étaient en chemin quand une longue plainte s’échappa des lèvres serrées du môme. Il aboya et vociféra tout haut, l’un de ses postérieurs s’étant accidentellement coincé dans un piège humain. Il n’avait jamais vu une mâchoire comme celle-là auparavant. Elle était en fer qui rouillait par endroit, et ses dents le tenaient méchamment. Il bougea, remua et tira de toutes ses forces pour se dépêtrer. Allait-il mourir là ? Il songea une seconde à se ronger la patte, mais l’idée le rebutait. Les trois-pattes craignaient.

- C’est quoi cette merde ! qu’il lâcha dans un hurlement rageur.

Finalement, l’objet céda sous ses coups et le jeune mâle s’extirpa d’un bond en avant. Personne, je dis bien personne n’aurait sa peau.


Dernière édition par Sonveen le Dim 28 Oct - 14:37, édité 1 fois
Maître du jeu
DestinMaître du jeu
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 1645Points : 3506Age : Immortel Sexe : unisexeRang : DivinitéBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucune blessures/maladiesDé & bonus possedé : InfiniIcone :

Jeu 25 Oct - 11:54
Le membre 'Sonveen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé expédition' :
Silence Illusoire
ActéonSilence Illusoire
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
36/100  (36/100)
Agilité:
30/100  (30/100)
Endurance:
61/100  (61/100)
avatar
Messages : 414Points : 495Age : 1 anSexe : MâleRang : PrédateurBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptôme Dé & bonus possedé : 0 bonus santéIcone :

Lun 29 Oct - 7:20
Actéon regarda le compatriote solitaire et comprenait son choix. Soit. Il faudra qu’il repasse souvent par ici pour constater ses progrès, et, pourquoi pas, lui donner quelques conseils avisés s’il en a besoin. Parce qu’il allait devoir fournir pas mal d’effort avant de pouvoir chasser une biche ou un cerf seul.


C’est donc patiemment qu’il attendit que le solitaire attrape le Lynx puis ils se dirigent vers le territoire Agmark. Et là : CLAC ! Actéon lâcha un grognement puissant (mais pas sa proie) et regarda ce qui lui arrivait. Sa patte était coincé par une mâchoire de métal. Et comble du malheur, c’était également le cas pour son nouvel ami ! Le loup tricolore déposa la biche et commença à mordre, non sans entendre un juron de la part du solitaire


--Résultat Dés---


Fort heureusement, après quelques coups de crocs bien placé, le piège cède enfin et la première pensée d'Actéon était pour le Solitaire. Mais lui aussi s'en était sorti ! Même si, comme lui, il devait souffrir de la patte arrière.


"Tout va bien ? Tu peux te déplacer ?"



Merci Reira pour le kit ! 


Dernière édition par Actéon le Lun 29 Oct - 7:23, édité 1 fois
Maître du jeu
DestinMaître du jeu
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
100/100  (100/100)
Agilité:
100/100  (100/100)
Endurance:
100/100  (100/100)
avatar
Messages : 1645Points : 3506Age : Immortel Sexe : unisexeRang : DivinitéBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucune blessures/maladiesDé & bonus possedé : InfiniIcone :

Lun 29 Oct - 7:20
Le membre 'Actéon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé expédition' :
InvitéInvité
avatar

Dim 11 Nov - 20:35
Silence du virtuose
Il s’étonna de voir que son congénère aussi avait été piégé. Les humains étaient idiots au point de disposer deux mâchoires brillantes au même endroit ? Il chercha une quelconque logique, Sonveen, mais n’en trouva aucune. Préférant passer au-dessus de cela, il jeta une œillade à la patte du mâle de meute. Elle semblait intacte — en voilà une bonne chose ! Il venait de trouver un mentor pour apprendre la chasse, il n’était pas question de le perdre aussi tôt.
Il lança ensuite un regard à son propre membre ensanglanté. Ses oreilles pivotèrent spontanément dans la direction du loup quand il s’adressa à lui, et le jeune mâle haussa simplement les épaules en guise de réponse. Il posa sa patte abîmée sur le sol, remarqua que la douleur lancinante avait déjà disparue et qu’il ne ressentait plus qu’un petit pincement à chaque pas. La vibration courait le long de sa patte et remontait le long de sa colonne vertébrale, mais cela ne l’empêchait visiblement pas de bouger.

- On devrait partir. C’était pas là pour rien.

Si son ton n’en disait rien, Sonveen fulminait à l’intérieur. Il s’inquiétait et avait peur, chose qui stimulait un peu plus sa colère vis-à-vis de sa propre faiblesse ; si ces mâchoires le gardaient un jour, où est-ce qu’il finirait ? Il ne voulait pas l’imaginer. Il avait encore beaucoup de projets en tête et des centaines de loups à ennuyer.

Il récupéra rapidement la proie dont il était le gardien et se remit en marche à pas vif. Il lançait des coups d’œil à l’autre mâle, vérifiant qu’il était bien là, tout près. Une fois assez loin du piège pour ne plus craindre la déboulade de créatures étranges — pour qu’elles aient des mâchoires pareilles, elles étaient nécessairement fantasques — Sonveen se permit une pause durant laquelle il lâcha doucement son nom. Il laissa l’autre se présenter à son tour, et quand il se sentit de nouveau d’attaque, il reprit la route. Il abandonna le loup à ses frontières, promettant de revenir le chercher dès qu’il se sentirait prêt à apprendre davantage.
Tout content, la queue balayant de droite à gauche, Sonveen fit ensuite volte-face et s’enfonça dans les ténèbres qui grandissaient.

[HRP : Je te propose qu’on termine sur ma réponse, sauf tu as envie de rajouter quelque chose !]
Contenu sponsorisé

Silence du Virtuose (Pv Sonveen)