V2
 
Derniers sujets

REQUIEM - la bénédiction de l'infirme

Masque du Traître
RionMasque du Traître
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
28/100  (28/100)
Agilité:
32/100  (32/100)
Endurance:
32/100  (32/100)
avatar
Messages : 152Points : 262Age : 3 ans 2 moisSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucune blessure/maladieDé & bonus possedé : 0 bonus santéIcone :

Lun 9 Juil - 14:59
14 - 22 - 19


Personne sur mon chemin, cette fois, et ça n'est pas faute d'avoir tourné en rond bien au delà de leurs si sacrées frontières un bon bout de temps. D'ailleurs, qu'est-ce que je fous encore là? La question est bien évidemment purement rhétorique. Je n'ai pas besoin d'une raison pour aller farfouiller sur un territoire de meute, dans mon cas l'action se suffit à elle-même. Surtout si ça reste aussi impuni.

Il y a une odeur assez particulière dans l'air autour de moi en ce moment, et elle n'y est peut-être pas étrangère. Paraît-il que les chaleurs rendent stupide. Ca expliquerai ma présence ici, au moins, vu qu'après les menaces et les morsures de la moitié de la meute au moins, il serai plus que temps que j'arrête ce genre d'escapades à moins d'être suicidaire. C'est une odeur bizarrement euphorisante, ou en tous cas, qui réveille un certain instinct assez peu usité me concernant, et je ne peux pas m'empêcher de me sentir un peu ridicule en songeant que c'est la même force que celle qui poussait les canidés de mon ancien camp à se comporter comme des hystériques obstinés dès qu'une femelle passait près d'eux. L'avantage, ici, c'est que même si je croise une femelle-

Oubliez la première partie de la phrase, vu l'odeur qui vient de me venir en pleine truffe à coup de vent. Je crois que je n'ai pas tellement réfléchi avant de me diriger vers son origine, à la fois par ennui que pour satisfaire la partie de mon cerveau qui tourne comme un fou furieux à chaque petite effluve vaguement ressemblante que je perçois. Et je disais donc, l'avantage, c'est que cette femelle que je vais effectivement croiser va sûrement vouloir ma mort de façon immédiate pour une raison qui n'a rien à voir avec les chaleurs, puisqu'il s'agit juste de ma présence sur son territoire, et que ça j'y suis habitué quoi qu'il en soit.

L'obscurité naissante - oui, quelle bonne idée d'aller errer sur un territoire de meute à la nuit presque tombée - n'aidant pas, je ne la remarque qu'à quelques mètres de moi, dos à ma présence, et je m'aplatis au sol par réflexe. Et, étonnament, malgré ma discrétion de phacochère asthmatique, elle ne m'a pas entendu, ce qui n'est qu'un très bon point. Je me suis approché le plus silencieusement possible, les yeux rivés sur elle et un plan s'échafaudant dans ma tête. Tiens, on va bien voir si une blague n'est drôle qu'une fois...

« AAATTENTIOOON DERRIERE TOIII! » j'ai hurlé sans trop réfléchir dès que l'idée m'est venue, avant de partir en courant sur le côté en prévision de sa réaction. Avant de me figer en voyant l'absence totale de ce à quoi je m'attendais - c'est à dire, une immobilité totale. Même pas un mouvement d'oreille. « Eh! » je lui ai lancé, un peu décontenancé. « Y'a un solitaire envahissant stupide et en rut sur ton territoire, réagis un peu! » Mais non. Mademoiselle a l'air déterminée à m'ignorer totalement. C'est une arme qu'on avait encore jamais utilisée contre moi, tiens. Et plutôt dévastatrice. Je me suis senti un peu con en me tenant debout derrière une louve qui m'ignore totalement malgré mes provocs pourtant très inventives. Qu'est-ce que je fais, moi, du coup, hein?

Le temps de stupeur passé, je suis allé me planter devant elle en quelques grandes foulées, franchement vexé cette fois. « Hey, tu te fous de ma gueule? Tu pourrais me répondre, réagir un peu, je sais pas moi! C'est super contrariant, là! » Bah oui, merde, c'est infiniment plus perturbant que je sais pas, quelqu'un qui me saute à la gorge ou m'engueule copieusement, ou même joue le jeu et sursaute un bon coup avant de s'enfuir. Quelle réponse naze, de m'ignorer totalement, tiens.


Complainte Sinistre
RequiemComplainte Sinistre
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
14/100  (14/100)
Agilité:
14/100  (14/100)
Endurance:
13/100  (13/100)
avatar
Messages : 71Points : 105Age : 1 an et demiSexe : FemelleRang : GuérisseuseBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucune.Dé & bonus possedé : 3 dés de guérisseur.
2 dés de chasse.
2 dés de pillage.

Lun 9 Juil - 17:05

「 La bénédiction
 l'infirme. 」
La Montagne Crépusculaire 
La Clairière Secrète

Avec Rion

J'étais partie toute la journée chercher des plantes, je n'avais pas vu l'heure passer et je m'étais fait surprendre par la nuit qui tombait maintenant. J'avais pris un dernier morceau de miel et m'apprêtais à repartir avec. Mon attention fut attirée par une lumière sur ma gauche, je lâchais le miel et retenais sa position, je regardais la petite cavité d'où venait la lumière et me posais devant, je me retournais quand je vis que ce n'était que de l'eau qui se trouvait en dessous, certainement un petit cours d'eau rebelle qui n'avait pas voulu aller rejoindre ses grands frères.

Je me posais quelques minutes à observer le ciel, la lune pointait son museau et recouvrait le monde de sa blancheur éclatante. Je fus surprise, quand un loup tricolore se retrouva devant moi. Je sursautais et il semblait mécontent de quelque chose... Il parlait trop vite pour moi, je ne comprenais pas... Je penche la tête sur le côté, mes oreilles ne bougent pas, signe distinctif du fait que je n'entends pas. Il semble s'exciter dans tous les sens, mais je reste insensible à ses hurlements incessants.

A le regarde de plus près... Il est plutôt beau comme loup. Je me demande s'il a déjà senti cette odeur... Oh, mais je l'ai déjà senti une fois, c'était il y a trois mois maintenant, je ne savais déjà pas ce que c'était mais... Je me sens bizarre comme aujourd'hui, comme attirée par lui. Mon dieu qu'il est beau, si jamais Nilaya me voyait, elle en aurait sûrement quelque chose à faire, mais elle n'est pas là, personne n'est là et je ne sais pas ce qu'il m'arrive.

Entendez l'appel de détresse d'un cœur meurtri et les râles poussés par une âme endolorie... 11/14/11


Requiem - Complainte Sinistre - Guérisseuse Inkyva
Masque du Traître
RionMasque du Traître
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
28/100  (28/100)
Agilité:
32/100  (32/100)
Endurance:
32/100  (32/100)
avatar
Messages : 152Points : 262Age : 3 ans 2 moisSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucune blessure/maladieDé & bonus possedé : 0 bonus santéIcone :

Lun 16 Juil - 16:54
14 - 22 - 19


Toujours pas de réponse. Elle est là, stoïque, à me regarder sans la moindre réaction. J'ai tenté sans grand succès de réfréner mon agacement, plus que franchement énervé maintenant. Tu me vois, là, t'as plus d'excuses, je sais pas, dis quelque chose.

Puis un détail qui me saute aux yeux dès que je le remarque, juste avant une autre remarque acide de ma part, qui ne verra jamsie le jour. Les oreilles parfaitement immobiles. Pas un mouvement, pas un tressautement, rien et c'est pas faute de gesticuler dans tous les sens me concernant. Je me suis figé, la gueule entrouverte, avec un espèce de doute atroce qui vient de brusquement jaillir dans mon crâne. Et de continuer de la fixer obstinément, les sourcils froncés, à essayer de percuter pour de bon ce que je viens de penser. Est-ce qu'elle est seulement capable de m'entendre? L'idée me semble tellement abominable que j'ai du mal à l'envisager. Être incapable d'entendre les autres toute sa vie. N'entendre ni bruits environnants, ni paroles, ni aucun son d'aucune sorte. Ne jamais rien dire à qui que ce soit. Être à jamais dépendant des autres pour tout et rien. Horrible n'est même pas un mot pour le décrire, à moi qui passe ma vie à parler, surtout pour ne rien dire d'intéressant.

Au moins, elle a pas à supporter les gusses dans mon genre, je ne peux pas m'empêcher de penser, ironique, en clignant des yeux. Imaginer ma propre vie sans le son ni la parole me fait l'effet de contempler un trou noir de l'ennui. Autant crever étant gosse, si c'est pour vivre avec ça... J'ai essayé de remettre en marche mon cerveau ahuri, à la recherche de quelque chose à faire si ça n'est pas la provoquer gratuitement en espérant déclencher une bonne bagarre. Je crois que je me suis rarement senti aussi désemparé face à quelqu'un. « T'es sourde? » je finis par lâcher sans trop réfléchir, et vu le degré d'intelligence de la question, ça donne une bonne idée de ce qui se passe dans mon crâne.

En tous cas, il y en a un qui a joyeusement profité du crash totalement inattendu de mon cerveau absolument pas habitué à ce genre de révélations. Je ne me suis même pas rendu compte que mon nez s'est mis à s'agiter comme un fou avant que l'odeur bien caractéristique de cette période du mois ne vienne à nouveau jusqu'à mes pensées. Elle est peut-être sourde, mais pour le reste, tout a l'air de fonctionner normalement... Et la partie de mon cerveau qui s'occupe de ça me le fait bien savoir. Je suis foncièrement incapable d'empêcher mon regard de la détailler en long et en large, et mes pattes de faire quelques pas vers elle en reniflant l'air, en ignorant de façon assez cosmique le risque évident d'un bon coup de griffes en pleine figure. Oui, c'est définitif, me concernant ça n'a pas un bon effet sur mes neurones déjà en sous-effectif flagrant.

Et de me demander combien de pans d'Histoire et combien de vies ont été décidés à la force de ce genre d'odeurs, la sienne ou la mienne. A commencer par ma propre existence, à la réflexion...


Contenu sponsorisé

REQUIEM - la bénédiction de l'infirme