V2
 
Derniers sujets

Découverte du territoire (1) SOLO

Effervescence Purifiée
InkaEffervescence Purifiée
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
7/100  (7/100)
Agilité:
15/100  (15/100)
Endurance:
11/100  (11/100)
avatar
Messages : 87Points : 148Age : 11 moisSexe : FemelleRang : Apprentie (Sentinelle)Blessure : Maladie : Détails blessures : Aucun symptôme.Dé & bonus possedé : 0 bonus santéIcone :

Ven 6 Juil - 14:05
Attention : à lire dans l'ordre ! (Pics Blancs → Foret d’Été → Plage de Sable)

Découverte du territoire : Les Pics Blancs
SOLO Force 7, Agilité 9, Endurance 10.


Les hautes montagnes étaient couvertes de nuages ce jour là. Seul quelques rayons passaient péniblement à travers cette épaisse couverture. Inka sentait un vent frais souffler dans sa fourrure. Elle se tenait droite à l'entrée de la caverne cristalline où elle vivait, tout près du garde manger. Aujourd'hui, la jeune apprentie avait décidé qu'elle devait explorer les parties du territoire qu'elle ne connaissait pas encore. Contrairement à la majorité des loups foulant ces terres, Inka connaissait déjà un minimum le territoire : elle était née ici.
Déterminée, elle jeta un regard devant elle. D’où elle se tenait, elle pouvait voir pratiquement l'ensemble du territoire Agmark. Droit devant elle se dressait la grande foret d'été, fourmillante de vie. Puis derrière celle-ci, elle devinait la plage et la falaise, avec la petite chapelle en haut.
Elle soupira un coup puis regarda à sa gauche ou s'étendait la banquise. Aujourd'hui, c'était cette partie du territoire qu'elle avait décidé d'explorer. La banquise... C'était une exploration assez effrayante lorsque l'on est seul à vrai dire. Cette partie du territoire est assez grande et désertique. On n'y croise rarement âme qui vivre, et les seules créatures y vivant sont assez agressives... Narvals, phoques et, dans le pire des cas, ours... Rien de très encourageant.
L'apprentie ferma un instant les yeux pour se donner du courage puis elle entama la descente des Pics Blancs.
Dans un premier temps, elle choisit de ne passer que par les nombreuses galeries creusées dans la pierre. Mais ne connaissant pas l’entièreté des montagnes par cœur, elle se trompa plus d'une fois de galerie et dut rebrousser chemin.
Une fois arrivée bien plus en aval, elle put rester en extérieur mais fut obligée de se montrer très prudente. La moindre chute pouvait être grave lorsque l'on ne suivait pas les chemins tracés par les pas de ses ancêtres. Elle posait donc lentement chacune de ses pattes, l'une après l'autre avec prudence. Elle sentait une once de peur grandir en elle, il aurait été mensonger de le cacher. Elle n'aimait pas la présence du vide auprès d'elle, ni l'aspect trop lisse des pierres qui la soutenaient. Cependant, au lieu de se bloquer ou de repartir d'où elle venait, elle choisit de se servir de cette peur comme motivation. Je peux le faire... Je vais le faire ! Je serais une des meilleurs sentinelles que cet meute ai connue !

Malgré la peur de tomber, elle finit par parvenir à la banquise. Haletante et tremblante de nervosité, elle reprit son souffle pendant quelques secondes puis se redressa pour détailler le paysage qui se dressait face à elle. Elle dut plisser les yeux pour ne pas être agressée par la blancheur éclatante de la banquise. Sa taille avait diminué de moitié depuis l'hiver et il y faisait bien plus chaud. Le soleil se réverbérait sur le neige et il lui semblait qu'un millions de petits cristaux luisaient devant elle, lui agressant sa rétine sensible. L'apprenti plissa les yeux pour se protéger un minimum de cette luminosité bien trop éclatante. Elle fit quelques pas devant elle et sentit de la neige crisser sous ses pattes. C'était très perturbant. Elle avait terriblement chaud et transpirait à grosses gouttes sous son épaisse fourrure mais ses pattes étaient plongées dans une neige froide. L'air était sec et froid, agressant sa gorgé déjà bien meurtrie. Elle avait froid et chaud à la fois, c'était extrêmement déstabilisant. Inka leva les yeux vers le ciel, histoire de savoir quel heure il devait être. L'astre se dressait haut et fière : midi devait être passé. Autant de temps pour arriver ici... Si Inka voulait être rentrée à la caverne scintillante pour la nuit, elle ferait mieux de rentrer.

L'apprentie tergiversa seule quelques minutes puis décida qu'elle dormirait sur la banquise ce soir. Certes, cela risquait d'être dangereux, mais c'est en se familiarisant un maximum avec le territoire que l'on apprend à le connaître !

Sa décisions prise, Inka se lança donc à l'exploration du territoire. Elle se mit à courir, droit devant, filant aussi vite que ses pattes le lui permettait. C'est en parcourant toute cette distance que l'apprentie sentinelle put constater l'immensité de la banquise.
Elle arrivait désormais près de l'eau. De gigantesque iceberg se dressait devant elle, s'entrechoquant bruyamment et en crissant. Elle les regarda quelques instant, reprenant son souffle. Elle était absolument émerveillée de voir ces géant de glaces se mouvoir lentement sur l'eau glacée. Le soleil entamait sa descente vers l'ouest, Inka devait trouver refuge pour la nuit. Elle avait suffisamment couru pour savoir que les cachettes sont rare sur la banquise. Pas un arbre, pas un rocher ne dépasse du sol gelé, juste de la neige à perte de vue. Avec un soupir, l'apprentie se creusa un trou à même le sol. Le ventre creux, elle se roula en boule dans son refuge d'un soir. Une fois que le soleil fut avalé par l'immensité de l'océan, la chaleur disparut elle aussi. Le froid tomba d'un coup sur la jeune louve. Elle se serra un peu plus sur elle même, s'enterrant le plus possible. Les oreilles dressées, l'apprentie écouta les sons de la nature. Des animaux marin qu'elle ne connaissait pas émettaient des sons qu'elle peinait à saisir, les icebergs continuaient leurs lents combats. Au loin, Inka put entendre un hurlement lupin. Épuisée, la petite louve finit par fermer les yeux et se laisser bercer par Morphée.

Au matin, elle ne se pressa pas pour rentrer bien que la faim commençait à se faire sentir. Elle croisa sur sa route un renard polaire qui l'évita soigneusement. Au loin, elle pu même voir une colonie de manchot se dandiner.

Lorsqu'Inka cessa enfin de sentir la neige sous ses pas, elle décida de ne pas rentrer tout suite mais de continuer l'exploration du territoire. Une activité qui l'avait surprise et qu'elle appréciait. Elle avait aimé observer la nature vivre sans y prendre part. C'était un spectacle qu'elle avait trouvé très beau et auquel elle n'était pas insensible. C'est donc plus au sud que l'apprentie se dirigea, les pics blanc dans le dos et la foret d'été face à elle.

1081 mots


"Lorsque les mots ne suffisent pas, il faut savoir se montrer observateur"


Inka:
 
Merci Finwë !:
 
Découverte du territoire (1) SOLO