V2
 
Derniers sujets

MAELSTROM - le spectacle sera grandiose

Masque du Traître
RionMasque du Traître
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
23/100  (23/100)
Agilité:
31/100  (31/100)
Endurance:
28/100  (28/100)
avatar
Messages : 134Points : 242Age : 3 ans 1 moisSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : x3 chocsDé & bonus possedé : 0 bonus santéIcone :

Dim 3 Juin - 21:47
4 - 11 - 9

J'aime cet endroit, pour une raison que je ne m'explique pas tant que ça. C'est humain, abandonné et intéressant, mais pas seulement. Il y a quelque chose ici, un espèce de sentiment qui flotte paresseusement dans les airs, une tension électrique impalpable, un truc indéfinissable mais plus qu'attirant. Comme si cet endroit avait vécu beaucoup plus que son immobilité le laisse entendre, comme si l'Histoire s'était jouée dans ce petit tas de planches empilées par quelques singes plus dégourdis que les autres.

J'ai trouvé une entrée en fouillant un peu autour du bâtiment, intrigué par son absence d'entrée visible et son état d'aussi bonne conservation, et je n'ai pas été déçu. C'est gigantesque, à l'intérieur. Je me demande sérieusement comment il a pu tenir debout autant de temps, avec cet aspect aussi fragile d'une voûte soulevée aussi haut. Je ne tiens pas à être là quand la gravité reprendra ses droits sur cette construction... Mais si j'en crois le temps depuis lequel elle tient, il semble improbable que ce jour soit aujourd'hui. Sûrement une tempête ou un autre bombardement, qui sait. En attendant, je compte bien en profiter.

Les lignes de coussins rouge vif, à peine altéré par la couche de poussière qui s'y dépose, sont le premier élément à attirer mon attention. La texture est plus que surprenante. Comment quelque chose d'aussi fragile a survécu aussi longtemps? je m'interroge après en avoir éventré quelques-uns - la curiosité est une valeur importante - pour l'exemple. Aux incendies, à l'acide, aux pluies de bombes, aux humains eux-même. Cette idée paraît absurde. Ce qui ne manque pas d'arrêter mon regard, aussi, c'est la grande surface plane de planches à laquelle font face tous les sièges. Et je me demande bien ce qu'elle a de si important pour qu'on y aligne autant d'emplacements pour humains, cette scène si vide et plate. Peut-être bien que ce qu'elle portait a disparu, en même temps que l'effervescence qui devait régner ici.

Mais je crois bien avoir une autre théorie. Cette disposition me rappelle beaucoup trop d'évènements pour que mon esprit ne turbine pas à plein régime. Des exécutions sommaires de chiens trop abîmés ou trop atteints par la folie, par deux fois d'humains traîtres à la bande de réfugiés qui m'a servi de maison, des représentations mimées des plus grandes tragédies de ces terres, de longues litanies déclamées lentement sur quelques piteuses caisses, de tous les discours dont j'aurais donné ma queue à savoir les comprendre, et tous les drames que j'ai vu joués entourés par un public religieusement immobile autour des protagonistes.

Qui sait combien, fictifs ou réels, sont morts ici. L'estrade où je me suis assis est propre de tout sang, mais j'en ai vu assez pour savoir que les humains sont spécialistes lorsqu'il s'agit de le nettoyer. C'est avec ce genre de pensées que je tourne la tête pour localiser le loup que je viens d'entendre entrer dans le théâtre, un sourire dramatique aux babines. « Définitivement un sympathique endroit pour faire connaissance. » Je devrais être dramatique plus souvent, je trouve que ça me va bien, honnêtement.


Griffe de Diamant
MaëlstromGriffe de Diamant
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
5/100  (5/100)
Agilité:
5/100  (5/100)
Endurance:
15/100  (15/100)
avatar
Messages : 6Points : 24Age : 4 ansSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : Aucune blessures/maladiesDé & bonus possedé : 0 bonus santéIcone :

Dim 3 Juin - 22:58
« & Ryon  . »
Ouvrez les rideaux
force 5 - agilité 5- endurance 15
 

 
aëlstrom

♣️ Faut dire que je l’aimais tout autant cet endroit, mais contrairement à toi bien que les émanations qui flottait était des humains, je sentais plutôt cette imposante odeur de mort viscerale que vous glace le sang jusque dans larrière du crâne. J’en souris dans ma tête. Mais la où tu ressent un certain excitement , moi je ne ressent que de l’ennuie cet interêt n’était encore une fois qu’une facette de faiblesse car la où tu montres une attention tu y montre une faille. J’entrai dans la carcasse architecturale me foutant éperdumment si je faisais du bruit ou non. C’était en effet grand à l’interieur, l’homme avait tendance à voir trop grand ces projets, toujours. Mes perles zieutèrent le plafond pendant que j’avançais : Grandeur était probablement le mot mais rien d’intéressant encore une fois. Les rongueurs détaillais au sol de mes pas, je ne leur prêta pas attention pendant que plus j’avancais plus que devant moi s’imposait ce décor de siège aligné tel des soldats prêt au commandement. J’eût un frisson ; L’armée. Voilà donc que ces saletés de bipèdes me manquait faut dire que je leur en doit beaucoup. Maël n’est plus ce qu’il était auparavant. Maël est devenu celui qu’on hurle en voyant. Le loup noir qu’on raconte au petit louveteau pour leur faire peur avant de les abandonner dans leurs propres cauchemars jusqu’au lendemain matin.

 

Puis ce parfum vînt à mon museau. J’avais eu vent qu’il arrivait souvent que les loups copulaient avec des chiens mais faut dire que l’odeur qui en résultait était plus que énervante. Le putois n’en n’est-il plus que comparable. J’approcha furtivement sachant très bien que tu m’avait entendu et je t’avais entendu aussi mais tes paroles ne sont que très peu hautement évaluer  à mon égard.
« Tu pu le clebs’. En parlant de connaissance, c’est ta pauvre et stupide mère ou ton insignifiant de père qui a fait joujou avec la sous race ? » Pauvre idiot pensait-je. Mes canines s’étalèrent le long de ma gueule. En effet nous allions bien nous amusez toi et moi c’est comparable à un lever de rideau.    
Code ©️ N3m0


Masque du Traître
RionMasque du Traître
Voir le profil de l'utilisateur

Jauges
Force:
23/100  (23/100)
Agilité:
31/100  (31/100)
Endurance:
28/100  (28/100)
avatar
Messages : 134Points : 242Age : 3 ans 1 moisSexe : MâleRang : SolitaireBlessure : Maladie : Détails blessures : x3 chocsDé & bonus possedé : 0 bonus santéIcone :

Dim 3 Juin - 23:49
4 - 11 - 9

« Tu pues le clebs’. En parlant de connaissance, c’est ta pauvre et stupide mère ou ton insignifiant de père qui a fait joujou avec la sous race ? » Fabuleuse entrée en la matière. Au moins, je sais à quoi m'attendre - un fantastique dialogue avec un loup tolérant et ouvert sur le monde venu m'apporter un peu de compagnie amicale. Je me suis relevé pour lui faire face, en le cherchant du regard, souriant. Quelle meilleure façon de célébrer son arrivée ici que de succéder aux humains sur cette scène?

« Celle qui a essayé de me tuer un nombre incalculable de fois. Mais faut croire que même gosse j'étais coriace. Comme tous les parasites, tiens. » je lance en laissant ma patte taper une cadence involontaire sur les planches grinçantes. Ma propre mère me détestait tellement que j'ai plus tiré de bénéfices et d'amitié d'une bande d'humains amateurs de chiens qui s'entredéchirent que d'elle. La barre est haute, niveau prix du pire parent de l'année. Au moins, mon père s'est abstenu de venir bazarder en l'air mon avenir. Il aurai été dans l'arène du camp à massacrer d'autres toutous que je l'aurais pas reconnu, au final. J'ai tous les ingrédients pour la tragédie de ma propre existence, il ne manquait qu'un abruti de passage pour que cette scène joue parfaitement son propre rôle. « Mais je trouve le terme sous-race quelque peu péjoratif, mon cher. Aucun d'entre vous ne vaut mieux qu'un clébard. » Et j'en ai vu, des clébards et des loups, j'en ai vu dans l'arène, aucun ne faisait de différence. Animaux sociaux mon cul ouais, des loups qui s'épargnent entre eux par solidarité entre congénères, j'en ai pas croisé des masses. Et des solitaires, purs loups eux, abandonnés par toutes les meutes, des guéguerres stupides entre quelques groupuscules misérables pour trois cerfs rachitiques, bien plus. Elle est belle, l'entraide face aux catastrophes. Et je ne parle même pas de mon propre cas, tiens.

« Et toi, c'est ton complexe d'infériorité qui te fait te sentir obligé de trouver quelqu'un à foutre en dessous de toi dans ton échelle de l'estime? Même moi j'fais plus ça, c'est dire où t'en es. » Vu là où j'en suis personnellement, ça fait vraiment miséreux, sur le coup. Allez, montre-toi sur la scène, si tu veux qu'on joue à ça, c'est quand tu veux.


Contenu sponsorisé

MAELSTROM - le spectacle sera grandiose